Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L'Inde ne devrait pas signer de nouvelle commande de Rafale avant les élections de 2019

, , , ,

Publié le , mis à jour le 10/04/2018 À 18H56

[ACTUALISE] Pour son dernier jour de déplacement en Inde, lundi 12 mars, le président Emmanuel Macron a assuré avoir confiance dans la capacité d'EDF à boucler l'accord pour la construction de six réacteurs nucléaires. Et croit en l'avenir du Rafale dans le pays. Mais le climat politique pourrait en décider autrement.

L'Inde ne devrait pas signer de nouvelle commande de Rafale avant les élections de 2019
Emmanuel Macron a dit lundi sa confiance dans la capacités des entreprises à finaliser l'accord en vue de la construction de six réacteurs nucléaires en Inde et a jugé encourageantes les avancées concernant l'avenir du Rafale dans le pays. /Photo prise le 12 mars 2018/REUTERS/Adnan Abidi
© Adnan Abidi

Actualisation du 10 avril : selon La Tribune, l'Inde écarte l'hypothèse d'une commande supplémentaire de Rafale en 2018. "A près d'un an des élections générales prévues en avril ou mai 2019, le Premier ministre Narendra Modi, leader du Bharatiya Janata Party (BJP), ne souhaite pas alimenter la polémique, qui a fait suite à la commande des 36 Rafale signée en septembre 2016", écrit le site économique. 

 

Profitant du déplacement en Inde du président de la République française, EDF a signé un "accord industriel" avec l'électricien national Nuclear Power Corp of India (NPCIL) "en vue de la mise en oeuvre de six réacteurs nucléaires" à Jaitapur, dans l'ouest du pays. L'accord prévoit, "la remise d'une offre préliminaire par EDF dans les semaines suivant la signature, avec pour objectif d'aboutir à une offre engageante d'EDF vers la fin de 2018", explique le groupe français.

Cet accord parviendra-t-il à se concrétiser? "Je suis raisonnablement confiant sur la capacité des industriels à finaliser - quand je dis raisonnablement, c'est que n'étant pas celui qui négocie, je ne peux pas m'engager au-delà de ce qui dépend de moi", a précisé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse, à Bénarès, au dernier jour de sa visite d'Etat en Inde. "Mais en tout cas, je peux vous dire que le maximum a été fait, que tout ce qui pouvait être fait de gouvernement à gouvernement l'a été dans le cadre de cet accord".

Le Rafale, sujet de débats entre les partis indiens

Qu'en sera-t-il des Rafale? Après la signatures pour 36 avions de combat de Dassault Aviation, "la question des volumes à venir dépendra davantage de sujets politiques domestiques que de sujets industriels", estime Emmanuel Macron. En Inde, le contrat Rafale fait l'objet de vifs débats entre le parti au pouvoir et l'opposition.

"Si vous avez lu attentivement les accords que nous avons signés, les mots employés sont encourageants puisque nous avons l'un et l'autre réaffirmé notre volonté de poursuivre le cadre d'accord sur les Scorpène comme les Rafale et donc de pouvoir poursuivre sur des productions et des volumes nouveaux en droite ligne avec ce qui avait été d'ores et déjà signé", a-t-il ajouté.

D'autres sous-marins Scorpène (Naval Group, filiale de Thales) pourraient être construits en plus des six déjà décidés.

avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle