L'Inde échoue à devenir la quatrième nation sur la Lune... mais tout n'est pas perdu

[ACTUALISÉ] Le programme spatial indien devait entrer dans l'histoire le 7 septembre en faisant atterrir une sonde sur la Lune. À seulement deux kilomètres de la surface lunaire, les espoirs des scientifiques indiens ont néanmoins été douchés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Inde échoue à devenir la quatrième nation sur la Lune... mais tout n'est pas perdu
La Lune vue par la sonde Chandrayaan-2.

Actualisation du lundi 9 septembre : Crève-coeur pour l’agence spatiale indienne. Samedi 7 septembre, les scientifiques de l’ISRO (Indian Space Research Organisation) ont perdu le contact avec l’atterrisseur Vikram alors que ce dernier tentait de se poser sur la Lune. Lorsque le signal a été coupé, l’appareil se situait seulement à 2 kilomètres de la surface lunaire, indiquant un possible crash. Les causes de l’incident restent à déterminer. L’orbiteur Chandrayaan-2 est tout de même parvenu à localiser l’atterrisseur sur la Lune et l’ISRO va tenter pendant 14 jours de rétablir les communications avec son atterrisseur. Les espoirs restent minces sachant que le Vikram a peut-être été endommagé en arrivant trop rapidement sur la Lune. L’Inde gardera dans tous les cas un lot de consolation : le satellite Chandrayaan-2 va continuer d’observer la Lune à distance pendant au moins un an.

Samedi 7 septembre, ce n’est pas le Soleil qui a rendez-vous avec la Lune mais un autre géant, l'Inde. Lancé il y un mois et demi, la mission spatiale indienne Chandrayaan-2 (“chariot lunaire” en Hindi) touche enfin au but. Vers 22 heures 30 (heure française), le pays des Maharadjahs a retenu son souffle avant de fêter - ou non - une réussite historique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un programme spatial ambitieux

En 2008, l’inde avait réussi à placer en orbite une sonde autour de la Lune via la mission Chandrayaan-1. Un succès technique doublé de prestige scientifique puisque la mission avait apporté la preuve de la présence d’eau pure dans les régions lunaires qui ne sont jamais éclairées par le soleil. Chandrayaan-2 se place dans le prolongement de cette découverte. Le robot explorateur présent à bord, Pragyan (“sagesse” en Hindi), a pour tâche de partir à la découverte du pôle sud de l’astre nocturne encore méconnu. La partie était loin d'être gagnée tant les paramètres à maîtriser sont nombreux et complexes.

Lancé à plus de 2,5 km/s, l'alunisseur devait stopper sa course brutalement à quelques centaines de mètres du sol, avant de se poser délicatement à l’aide de retro-fusées. Pour cela, l’agence spatiale indienne compte sur une technologie entièrement automatisée qui comporte elle-aussi sa part de risque. Le moindre dysfonctionnement s'avérait fatal et doucherait les espoirs du programme spatial indien, cher au premier ministre nationaliste Narendra Modi. Dans son discours à la nation en août, le dirigeant avait promis le lancement d’une mission habitée dans l’espace en 2022.

Israël doublé sur le fil

En avril, Tel Aviv avait tenté sa chance, sans succès. Après une mise en orbite réalisée par l’agence Space X, Beresheet (“Genèse” en hébreu) avait échoué tout près du but. Victime d’une panne de moteur, l’engin s’était écrasé dans les toutes dernières minutes de son alunissage. Un échec qui pourrait avoir un goût plus amer encore en cas de réussite de la mission indienne, qui lui ravirait par la même occasion la quatrième place dans le classement des nations ayant posé un engin sur la Lune.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la mission Chandrayaan-2, voici une vidéo explicative (en anglais) réalisée par l’agence spatiale indienne :

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS