Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'incubateur Innovathèque teste les matériaux du futur

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

A Paris, l’incubateur Innovathèque expose dans ses locaux les principales innovations sur les matériaux. Economie circulaire et intégration de fonctions sont les maîtres mots. Les industriels de tous secteurs viennent s'inspirer dans ce lieu pour concevoir leurs produits de demain.

L'incubateur Innovathèque teste les matériaux du futur © Pascal Bastien - L'Usine Nouvelle

Un immeuble un peu désuet, mais avec un parc verdoyant derrière la place de la Nation, à Paris. C’est là, au sein de l’Institut technologique Forêt cellulose bois construction ameublement, que l’incubateur Innovathèque teste de nouveaux matériaux.

Cette passerelle entre les fabricants de matériaux et les industriels dispose d’une base de données comprenant plus de 1700 échantillons en stock. Elle s’enrichit de plus de 200 nouveaux matériaux sélectionnés chaque année. De plus en plus de matériaux éco-conçus sont disponibles.

Innovathèque enregistre "une forte augmentation des matériaux issus du recyclage. Ils représentent déjà 10 à 15 % de notre catalogue, précise Brice Tual, coordinateur d’Innovathèque et consultant matériaux qui participe aux comités de sélections qui se réunissent trois fois par an. C’est là que nous validons ou non un matériau à référencer." De plus en plus de matériaux sont réalisés à base de déchets valorisés. C’est d’ailleurs le sujet de l’exposition qui se tient jusqu’au 30 novembre dans les locaux d’Innovathèque : Alter-éco.

Au cœur de l’économie circulaire

Cette manifestation est basée sur deux thématiques : usage-entretien et fin de vie. La première est illustrée par une quarantaine de solutions de matériaux provenant de l’ameublement, de la mode ou de l’emballage et diminuant les impacts environnementaux : systèmes d’assemblage-désassemblage, matériaux hyper-isolants, matériaux durables, résistants...

La seconde partie porte sur la fin de la première vie des matériaux : matériaux 100 % recyclés, réparés, séparés et revalorisés ou compostables et biodégradables. Est aussi abordée la façon d’anticiper la fin de vie d’un produit en l’intégrant dès sa conception.

Matériaux pour objets connectés

Si Innovathèque intéresse d’abord le monde de l’ameublement, des industriels de tous secteurs - automobile, aéronautique, luxe, emballage, lunettiers… - viennent consulter ces nouveaux matériaux. "Renault nous a consulté pour une veille technologique sur les agro-ressources à utiliser pour les habitacles", confie Brice Tual. Les deux constructeurs français et les équipementiers auto testent de nouveaux matériaux pour des prototypes.

La tendance est non seulement à des matériaux moins polluants - certains disparaissent de la base au fur et à mesure que se préparent de nouvelles réglementations et que leur nocivité est prouvée - mais aussi avec une valeur ajoutée de plus en plus forte : intégration dans des panneaux de bois ou du textile de circuits imprimés, de fibre optique et de RFID pour les objets connectés. Des verres intègrent la lumière, la chaleur et le son. Et l’avenir est à la personnalisation, notamment avec l’impression 3D. "Demain, un fabricant pourra proposer un matériau unique à son client", conclut Brice Tual.

Olivier Cognasse

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle