Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’incroyable come-back de STMicroelectronics dans les capteurs d’image

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Après sa sortie des capteurs d’image grand public en 2015, STMicroelectronics revient en force sur le marché à travers des applications de détection et caméra 3D. Selon le cabinet Yole Développement, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs devrait dépasser le milliard de dollars de chiffre d’affaires dans cette activité en 2020, retrouvant le pic de 2010.

L’incroyable come-back de STMicroelectronics dans les capteurs d’image
Détecteurs à temps de vol de STMicroelectronics à la base des capteurs de proximité de l'iPhone
© STMicroelectronics

Sacré retour de STMicroelectronics dans les capteurs d’image Cmos. En 2015, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs pointait à la 10ème  place mondiale dans ce domaine avec seulement 2% du marché, selon Yole Développement, cabinet français d’études de marchés électroniques. En 2017, il dispute la 5ème place à l’américain On Semiconductor avec une part de 5%, derrière Sony (42%), Samsung Electronics (20%) et OmniVision Technologies (11%). En deux ans, il a plus que doublé son empreinte sur ce marché en bond de 20% en 2017 à 13,9 milliards de dollars. Et ce n’est que le début d’un come-back qui s’annonce foudroyant.

l'iPhone bouleverse le marché

Les capteurs d’image Cmos sont des composants servant d’yeux électroniques aux smartphones, tablettes, PC portables, appareils photo numériques, caméras de vidéosurveillance, machines de vision industrielle, voitures, robots ou encore endoscopes médicaux. Les mobiles leur offrent de loin leur plus grand débouché avec 69% du marché en 2017 selon Yole Développement. Suivent ensuite les applications de sécurité puis l’automobile.

"ST était le leader du marché, rappelle à L’Usine Nouvelle Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement. Il tenait sa position à son rôle de fournisseur de Nokia, alors numéro un mondial des mobiles. L’arrivée en 2007 de l’iPhone bouleverse l’échiquier. A partir de 2010, Apple donne une autre dimension aux fonctions photo et vidéo du smartphone. Il a besoin pour cela de capteurs d’image plus performants. Les fabricants européens n’ont pas su saisir l’opportunité. Ils ont continué sur la voie de la miniaturisation et de la baisse des coûts. Sony en profite pour dominer très vite le marché."

STMicroelectronics a surtout pâti de l’effondrement de son client Nokia dans les mobiles. En 2015, il est contraint à un plan de restructuration avec la sortie des capteurs d’image standards, le recentrage sur les imageurs spécialisés et la suppression de 450 postes, dont 150 en France sur la base de départs volontaires. Un repositionnement qui fait du groupe franco-italien le leader mondial des détecteurs infrarouges à temps de vol.

"La fonction de ces capteurs d’image est de fournir, non pas une image, mais une information de distance pour des applications de détection ou mesure 3D, explique Pierre Cambou. Cette technologie a été mise en œuvre pour la première fois dans un capteur de proximité pour un smartphone de LG, avant d’être étendue à l’iPhone et d’autres mobiles du marché. Cela a permis à ST de maintenir une activité dans les imageurs de 200 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2015 et 2016."

Nouvelle Concurrence de Sony

Un développement qui connait une sérieuse accélération avec l’iPhone X en 2017, premier smartphone du marché à embarquer une caméra 3D pour des fonctions de reconnaissance faciale, d’animojis ou de réalités virtuelle et augmentée. "Beaucoup n’ont pas saisi la portée de ce lancement, remarque l’analyste de Yole Développement. C’est plus qu’une innovation de biométrie et de sécurité. C’est une vraie révolution dans l’interface homme-machine, qui ouvre des usages inédits dans les mobiles. Tous les constructeurs, y compris Samsung qui ne l’a pas encore compris, vont finir par l’adopter." Deux constructeurs chinois l'ont déjà imité: Xiaomi avec son Mi8 Explorer et Oppo avec son Find X.

STMicroelectronics fournit l’un des composants clés de la caméra 3D de l'iPhone X : l’obturateur électronique, détecteur infrarouge multipoints à temps de vol réalisé sur substrat de silicium sur isolant. "Une innovation de rupture ", selon Pierre Cambou, développée en partenariat avec Soitec et le CEA-Leti. Apple a décidé de la généraliser aux trois modèles de sa nouvelle génération d’iPhone lancée cette année. " Mais ST n’est plus seul sur ce marché, remarque l’analyste. Sony dispose maintenant d’une offre alternative. Il sert probablement de seconde source à la nouvelle génération d’iPhone." Autrement dit, STMicroelectronics partagerait le marché de l'obturateur électronique des nouveaux iPhone avec Sony, alors qu'il était en le fournisseur exclusif dans l'iPhone X.

Pas de quoi pénaliser STMicroelectronics. "Avec le marché de l’iPhone X, le chiffre d’affaires de son activité dans les capteurs d’image a grimpé à 300 millions de dollars en 2017, et grâce aux nouveaux iPhone, il devrait monter à 700 millions de dollars cette année, estime Pierre Cambou. Et si les nouveaux marchés remportés dans les mobiles et l’automobile se confirment, il pourrait franchir le cap du milliard de dollars dans deux ans pour retrouver son pic de 2010. Dès 2018, ST devrait dépasser On Semiconductor et se rapprocher d'OmniVision, derrière Sony et Samsung." Les capteurs d’images pourraient devenir ainsi la deuxième source de revenus du groupe à l’horizon 2019-2020 après les microcontrôleurs, mais devant les Mems.

Huawei, prochain client?

Lors de son dernier évènement dédié aux investisseurs en mai 2018, STMicroelectronics a dévoilé avoir remporté deux nouveaux marchés de détection 3D, l’un dans les mobiles, l’autre dans l’automobile, avec un début de livraison à la fin de 2018 ou au début de 2019. Dans les mobiles, c’est Huawei qui est pressenti comme client pour équiper sa prochaine génération de smartphones appelée à succéder à la gamme P20.

Sur un marché total des capteurs d'images qui monterait à 23 milliards de dollars en 2023, le segment de détection 3D est promis à un développement exponentiel, passant de 2,1 milliards de dollars en 2017 à 18,5 milliards de dollars en 2023, selon Yole Développement. "Il pourrait dépasser celui de l’imagerie classique dans dix ans, prévoit Pierre Cambou. La concurrence se joue surtout entre ST et Sony. AMS n’a pas encore d’offre aboutie et les solutions d’OmniVision, embarquées probablement par les smartphones de Xiaomi et Oppo, ne répondent pas aux standards d’Apple. Quant à Samsung, il se cantonne au segment d'imagerie classique. ST dispose d’une grande opportunité de développement à long terme. Cela pourrait même l’amener à revenir dans les capteurs d’image classiques. Il a la légitimité historique et le savoir-faire technique pour le faire. Et avec son rebond économique, il a maintenant les moyens financiers aussi. Reste à trouver le marché. Il n'y a plus d'industrie de mobiles en Europe. Mais il y a une industrie automobile qui, avec le développement de la conduite assistée et de la voiture autonome, offre une base d'application intéressante." Pas sûr que l’idée tente son PDG Jean-Marc Chéry.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle