L'incident nucléaire de Marcoule classé niveau 1

Cette classification concerne l'explosion du four survenue le 12 septembre dernier sur un site de traitement de déchets. Elle a été décidée par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui note parallèlement une sous-évaluation de la radioactivité sur le lieu de l'accident.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'incident nucléaire de Marcoule classé niveau 1

Un accident de niveau 1 est ce que l'on qualifie d'anomalie selon l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) qui comporte 8 niveaux et qui est graduée de 0 à 7. Dans un communiqué publié ce jeudi 29 septembre, l'ASN explique qu'elle classe l'événement au niveau 1 "en raison de la faible activité radiologique du four de fusion" à l'origine de la déflagration. L'organisme note toutefois que "si les enjeux strictement radiologiques de cet événement sont limités", il y a lieu de considérer "qu'il s'agit d'un accident industriel grave en raison de ses conséquences humaines".

L'explosion du four de traitement de déchets nucléaires à en effet causé la mort d'un salarié de l'entreprise Centraco. Quatre autres personnes avaient été blessées, dont une, dans un état grave, est toujours hospitalisée.

Une autorisation préalable de redémarrage

Les mesures de radioactivité effectuées dans la région de l'accident ont permis de confirmer qu'il n'y avait pas d'impact sur la population. En revanche, l'ASN a découvert lors de ses opérations de vérifications que le four contenait près de 500 fois plus de radioactivité que ce qui avait été déclaré par l'exploitant du site, filiale d'EDF.

"Il s'avère que le four de fusion contenait, au moment de l'accident, une charge d'environ 4 tonnes de métal pour une activité de l'ordre de 30 MBq (mégabecquerels) et non de 63 kBq (kilobecquerels)", souligne l'Autorité de sûreté nucléaire. Ce qui étonne l'organisme de surveillance qui demande à l'exploitant des explications sur les raisons de cette sous-évaluation.

L'ASN a décidé également de "soumettre à autorisation préalable le redémarrage des fours de fusion et d'incinération, qui avaient été arrêtés peu après l'accident".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS