Tout le dossier Tout le dossier

L’impossible équation qui a conduit Volkswagen à la fraude

Le constructeur Volkswagen a triché aux test anti-pollution, afin de résoudre... une équation insoluble dont les variables sont la performance des véhicules, leur niveau d’émission et bien sûr leur prix. Décryptage. 

Partager

Usine VW - Crédits : Volkswagen

Dans quel engrenage Volkswagen qui s'apprêtait à devenir le leader de l’automobile mondiale a-t-il mis le doigt pour se retrouver réduit à de telles pratiques ? Pour tenter de démêler les raisons qui ont placé le groupe de Wolfsburg dans cette situation, il faut revenir plusieurs décennies en arrière…

Si l’automobile a beaucoup progressé ces trente dernières années, certaines données sont restées inchangées. Prenez la Golf. Impossible de confondre la deuxième génération du best-seller de Volkswagen, sortie dans les années 90, avec la sixième version, qui date de la fin des années 2000.

Les fiches techniques des deux modèles, en version Diesel d’entrée de gamme, n’ont vraiment rien de commun… Un chiffre, pourtant, est resté le même : le rapport poids/puissance. La Golf II TDI de 1992 pèse 1012 kilos pour 80 chevaux, et la Golf 6 TDI de 2008 affiche 1355 kilos pour 105 chevaux. Le rapport poids/puissance est donc de 12,6 kg par cheval pour la première, et de 12,9 kg par cheval pour la seconde. Que signifient ces chiffres si proches ? Que la puissance des moteurs a augmenté exactement dans les mêmes proportions que le poids des véhicules.

Besoins en sécurité et confort

Cette prise de poids – qui n’est pas propre à la Golf mais touche tous les véhicules modernes - est due à plusieurs facteurs. D’abord au durcissement des normes de sécurité, qui obligent les constructeurs à renforcer les châssis de leurs véhicules et à multiplier les airbags et autres systèmes de sécurité passive. Ensuite, il leur faut proposer des autos toujours plus confortables, avec toujours plus d'équipements (info-divertissement, commandes électriques, et demain tous les équipements du véhicule autonome...). Or ces équipements rajoutent du poids sur la balance.

Les différents systèmes de réduction des émissions polluantes, qui se sont accumulés au fil des ans sur les moteurs et les échappements représentent eux aussi un poids non négligeable. Et donc une hausse de la consommation. En outre, tous ces dispositifs (filtres à particules, vannes EGR, pièges à NOx et autres systèmes SCR) fonctionnent comme autant de barrières à l’échappement, et limitent la puissance des moteurs.

Si la sécurité, le confort et les critères environnementaux sont déterminants pour séduire les acheteurs, ces derniers ne sont pas prêts à sacrifier pour autant l’agrément de conduite. Pour ne pas que l’embonpoint transforme les véhicules en “chars d’assaut”, impossibles à faire décoller au feu rouge, les constructeurs ont dû installer des blocs moteurs toujours plus puissants. Le problème, c’est que ces gains de puissance s’accompagnent d’une augmentation de la consommation.

Puissance versus consommation

L’équation consiste donc à fabriquer des moteurs plus performants pour compenser la prise de poids des véhicules, mais aussi moins gourmands pour rester économiques (et satisfaire les critères mondiaux sur les rejets de CO2). Pour résoudre cette équation, les constructeurs ont pu compter sur les progrès des logiciels de simulation, notamment en thermodynamique, qui permettent de mieux comprendre les phénomènes en jeu lors de la combustion du carburant dans le moteur. Et donc d’injecter la quantité d'essence juste nécessaire, au bon endroit et au bon moment.

Des progrès ont également été réalisés dans les sciences des matériaux et les traitements de surfaces. Plus résistants aux frottements et aux hautes températures, les moteurs modernes peuvent fonctionner à des pressions plus élevées. Cela permet, au choix, de gagner en puissance à cylindrée équivalente (par l’ajout de turbos, par exemple), ou de consommer moins à puissance équivalente, par une diminution de la cylindrée (cette tendance qu’on appelle “downsizing”). Mais dans tous les cas, le rendement théorique d’un moteur à explosion étant limité, les ingénieurs se rapprochent d’un plafond, et les gains de performances à attendre de ces technologies ne dépasseront plus à l’avenir quelques pourcents.

Des normes sujettes à changements

Plus récemment, il a fallu ajouter un facteur temps à l’équation, tant les constructeurs peinent à anticiper les évolutions des normes sur les émissions polluantes. Historiquement, les normes Euro servaient à orienter les travaux de recherche, en mettant l’accent sur tel ou tel type de pollution. Elles ont permis d’étaler dans le temps la prise en compte des différentes émissions (mesure du monoxyde de carbone dès 1993, des NOx depuis 2001, du nombre de particules fines à partir de 2011).

Seulement, en Europe comme ailleurs, les débats sur les émissions impliquent toujours davantage d’acteurs, et se voient ralentis. Les constructeurs ont du mal à suivre un calendrier défini à l’avance, comme ils le faisaient par le passé. Alors qu’il faut quatre à cinq ans en moyenne pour développer un nouveau moteur, les normes sont aujourd’hui sujettes à révision jusqu’au dernier moment ou presque. "Nous sommes obligés de faire des paris, des hypothèses. Ce qui se traduira forcément par le renchérissement des véhicules en fonction des technologies choisies", indiquait ainsi en février dans nos colonnes Gilles le Borgne, le directeur R&D de PSA Peugeot-Citroën.

La dimension économique

On touche du doigt la dernière variable de l’équation : la dimension économique. Les voitures doivent donc être plus sûres, plus confortables, plus puissantes, moins gourmandes et moins polluantes, mais elles doivent toujours rester abordables. Tous les constructeurs partagent ces contraintes. Mais s’était sans compter les spécificités du marché américain, qui ont poussé Volkswagen à la faute avec son moteur EA-189.

Pour quelle raison ? Parce que le groupe a voulu être le premier Européen à s’imposer sur le marché américain avec des véhicules diesel d’entrée de gamme à la fois propres et économiques. Une stratégie beaucoup trop ambitieuse, qui tient de la quadrature du cercle. Un véhicule Diesel restera toujours plus coûteux à fabriquer qu’un véhicule essence, et aux Etats-Unis ce carburant n’est pas moins cher que l’essence comme en Europe. Et surtout, les normes américaines sur les émissions de NOx sont beaucoup plus strictes que leurs équivalentes européennes.

De là à la fraude, il n'y avait qu'un pas...

Pour schématiser, disons qu’en 2008 Volkswagen a voulu vendre aux Etats-Unis des véhicules Diesel compatibles Euro 5 sur un marché où les normes étaient déjà plus dures que notre actuelle Euro 6 ! La démarche, à l'époque, soulève les interrogations des autorités américaines. Mais la machine commerciale est lancée, et le constructeur veut à tout prix séduire avec son “Clean Diesel”.

D’autant que l’objectif lui semblait presque à portée de mains : en poussant au maximum le fonctionnement du NOx Trap (la technologie disponible à l’époque pour capturer les NOx), les seuils d’émissions étaient respectés. Problème, cela entraînait une surconsommation trop importante du véhicule, car le piège à Nox fonctionne par injection de carburant. D’où cette décision de paramétrer le moteur pour que le NOx Trap soit activé au maximum pendant les phases de tests, et reste inactif en conditions de roulage normal...

Ce n’est pas tout. En 2012,Volkswagen équipe ses moteurs EA-189 du système de réduction des NOx par catalyse (les systèmes SCR, pour Selective catalyst reduction), plus efficaces que les NOx Trap. Mais à nouveau, la dimension économique de l’équation rattrape le constructeur, qui se voit contraint de poursuivre la fraude. En effet, pour répondre à ces normes américaines si sévères, le système SCR aurait dû injecter une très grande quantité d’urée (le catalyseur qui élimine chimiquement les NOx). A l’usage, l’automobiliste aurait dû faire le plein de cet additif très souvent, entraînant un surcoût qui se serait apparenté à un vice de fabrication et que le constructeur aurait été incapable à justifier.

Au final, en souhaitant attaquer le marché américain avec ses moteurs diesel, Volkswagen a cherché à faire croire qu'il avait résolu cette équation impossible. Et il a échoué.

Frédéric Parisot

PARCOURIR LE DOSSIER

Auto

Volkswagen aurait conçu plusieurs versions du logiciel de trucage

Auto

Le rappel des moteurs diesel Volkswagen fait-il sens ?

Auto

Le gouvernement allemand durcit le ton face à Volkswagen

Auto

Volkswagen va réduire ses investissements et accélérer dans l'hybride et l'électrique

Auto

Après le scandale, Volkswagen annonce ses premières mesures

Auto

Affaire Volkswagen : Pourquoi les tests français pourraient devenir une usine à gaz

Auto

L'avenir de Volkswagen est menacé, estime son nouveau président

Auto

Volkswagen estime à 8 millions le nombre de ses véhicules diesel trafiqués en Europe

Auto

Après le scandale Volkswagen, premiers tests en France pour détecter les fraudes antipollution

Auto

Les équipementiers ne sont pas responsables de la triche de Volkswagen

Auto

Infographie : ce que l'on sait du scandale Volkswagen

Auto

Scandale Volkswagen : 2,1 millions de véhicules Audi concernés

Auto

La route semée d'obstacles du nouveau patron de Volkswagen

Automobile

Diesel Gate : l'Inria réagit au logiciel espion de Volkswagen

Auto

Matthias Müller est le nouveau patron de Volkswagen

Auto

Affaire Volkswagen : la suspicion touche les autres constructeurs

Environnement

Affaire Volkswagen : les tests aléatoires sur 100 voitures démarreront la semaine prochaine

Dépêches Reuters

Volkswagen aurait aussi manipulé les tests d'émissions en Europe

Auto

Le patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, démissionne

Logiciels & Applications

L’affaire Volkswagen relance le débat sur l’open source dans l’automobile

Auto

Pourquoi l’affaire Volkswagen pourrait changer la donne dans l’industrie automobile

Auto

Les jours de Martin Winterkorn à la tête de VW semblent comptés

Auto

"Le scandale Volkswagen n’est que la partie émergée de l’iceberg"

Auto

Pourquoi le scandale qui touche Volkswagen est le pire cauchemar de Martin Winterkorn

La semaine de l'automobile

Volkswagen s'apprêterait à limoger son patron, selon la presse allemande

Auto

Les dessous technos de la triche de Volkswagen

Auto

Peter Mock et John German, les deux lanceurs d'alerte à l'origine du scandale Volkswagen

Auto

11 millions de véhicules concernés par la fraude de Volkswagen

Auto

Affaire Volkswagen : des réactions mesurées de la part des professionnels de l'automobile

Editorial

VW, der Betrüger (le fraudeur)

Auto

Après la tricherie de Volkswagen, Michel Sapin demande une enquête approfondie en Europe

Auto

Affaire Volkswagen : les cycles d'homologation en trois points

Auto

Daimler et BMW "non concernés" par l'affaire Volkswagen aux Etats-Unis

Auto

Volkswagen accusé d'avoir contourné les règles antipollution aux Etats-Unis

Auto

Une ONG européenne dénonce l'écran de fumée des constructeurs auto sur le diesel

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS