L'Usine Auto

L'important est de savoir où l'on met les pieds !

Publié le

Argentine - MGI Coutier

Réalisant 37 % de ses 360 millions d'euros de chiffre d'affaires hors de France, MGI Coutier n'investit pas au hasard. De Chine en Inde en passant par la Turquie, le Brésil ou l'Espagne, il suit ses clients constructeurs partout où ces derniers décident de s'implanter. Mais il le fait après en avoir pesé le pour et le contre, et mesuré les retours sur investissements. En choisissant de suivre Fiat, PSA, Renault et Ford en Argentine, l'équipementier automobile savait que les volumes produits allaient être suffisamment importants pour rentabiliser son site.

Des contraintes locales importantes

Spécialiste des modules de transfert de fluides et de mécanismes, MGI Coutier a une technique d'expansion internationale aujourd'hui parfaitement rodée. La première étape consiste à faire appel à un cabinet extérieur qui les renseigne sur les spécificités sociales, administratives ou douanières propres au pays. Une étude de marché est ensuite réalisée en interne par  le « responsable des travaux neufs » exclusivement dédié à ce type de mission. Ce dernier travaille en collaboration avec le poste d'expansion économique du Rhône-Alpes.
En phase finale, une petite équipe est envoyée sur place pour rechercher un terrain.
Fort de toutes ces données, le business plan est établi, et la décision finale d'implantation est prise. Ou non.
Contrairement au Brésil dont le potentiel a tout de suite été évident, l'Argentine a demandé davantage de réflexion. Comme le précise André Coutier, le président du groupe : « c'est un marché difficile car les volumes sont relativement petits. S'agissant d'un marché principalement tourné vers l'export, les risques de change sont élevés. Localement, la législation est contraignante et les taxes importantes. » Le choix se s'installer à Cordoba n'a pas non plus été facile car l'industrie automobile argentine est éclatée entre trois zones : Buenos Aires, Rosario et Cordoba. Et pour ne rien arranger, l'infrastructure routière est « chaotique »...

S'appuyer sur la population locale

MGI Coutier ne regrette cependant pas son choix. Pour Jean-Louis Thomasset, Directeur financier, "nous avons pu nous appuyer sur une population bien formée (surtout en finances et en plasturgie). Contrairement à la Chine, leur culture est assez proche de la nôtre, et la communication - en espagnol - est aisée. " Au final, la filiale sud-américaine a su imposer ses compétences locales : sur les 110 employés que compte l'équipe, 109 sont argentins. Et le seul Européen est marié à une Argentine !

Anne Léveillé
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte