L’impact du virage environnemental chinois sur les cours des métaux décrypté par les analystes

La tenue, en octobre à Pékin, du 19e Congrès du Parti communiste et les mesures environnementales contre le smog hivernal vont ralentir l’activité industrielle en Chine. L’impact de ces mesures sur les cours diverge selon les métaux.

Partager
L’impact du virage environnemental chinois sur les cours des métaux décrypté par les analystes

Le ciel devra être bleu, en octobre à Pékin. Pas gris smog. Ainsi en a décidé le Parti. Les usines devront donc mettre la pédale douce sur la production le temps du Congrès, afin que se réduise le smog qui envahit généralement Pékin et les provinces du nord de la Chine à cette saison. Nombre d’industriels devront réduire l’activité, voire mettre leurs installations à l’arrêt.

Ces mesures, annoncées entre autres par la ville de Handan, interviennent juste un mois avant les efforts déjà demandés pour la saison d’hiver. Les sidérurgistes et métallurgistes des villes industrielles de quatre provinces doivent, à compter de mi-novembre et pour quatre mois, réduire de moitié la production d’acier et d’un tiers celle d’aluminium, le temps que passe la saison froide, qui augmente considérablement la consommation de chauffage dans le nord de la Chine. Zhengzhou, capitale de la province du Henan, a même suspendu les chantiers de construction pour réduire la pollution. Ces mesures environnementales cumulées vont avoir un impact sur la production d’alliages et de métaux affinés, donc sur la demande de métaux bruts et minerais. Mais également sur l’extraction et la production de métaux bruts en Chine. Au mois d’août déjà, la production chinoise de 10 métaux non-ferreux – dont le cuivre, l’aluminium, le plomb, le zinc et le nickel – avait baissé de 2,2%, selon les statistiques officielles. C’était la première baisse de cet indice (contre le même mois de l’année précédente) depuis décembre 2015. Sur les huit premiers mois de 2017, il était encore en hausse de 4,9%.

La hausse de l’étain retardée

BMI estime que le cours de l’étain va perdre 1000 dollars, à 19 000 dollars la tonne ces prochains mois, avant de remonter à quelque 22 500 dollars d’ici 2021. Un cours plus en ligne avec le déficit d’étain annoncé (1200 tonnes en 2017 et 11300 tonnes en 2021). La croissance de la demande (2,1% par an d’ici 2021) est tirée par la Chine, mais également par l’Allemagne et l’Inde et leurs florissants secteurs de l’électronique.

Le zinc et le fer épargnés

Cette baisse des cours est incertaine sur le minerai de fer, la production d’acier en Chine ayant pour l’instant dépassé les attentes pour 2017. Mais la demande chinoise devrait tout de même ralentir sur le dernier trimestre. Selon Goldman Sachs, "le marché n’a pas encore répercuté l’impact négatif des restrictions environnementales chinoises", qui réduisent la demande alors que l’extraction de minerai ne cesse d’augmenter.

Le zinc, lui, se joue du ralentissement prévisible en Chine et caracole à son plus haut cours en dix ans, à plus de 3000 dollars la tonne, en hausse de 20% depuis le début de l’année. Les consultants de CRU annoncent un déficit de 750 000 tonnes de zinc raffiné cette année, soit 5% de la demande globale (15 millions de tonnes). Les stocks dans les entrepôts sous revue du LME sont au plus bas depuis début 2009 et en baisse de 40% sur janvier 2017. La Chine, premier consommateur de zinc vient d’en importer 77 000 tonnes en juillet, son plus gros volume depuis début 2016. Les cours devraient néanmoins calmer leur ascension fulgurante vers 3400 dollars la tonne, selon l’analyste de Macquarie Vivienne Lloyd, interrogée par Reuters. Les cours élevés vont pousser les consommateurs à s’intéresser à des alternatives moins onéreuses, ce qui devrait rééquilibrer le marché d’ici 2019, selon Ryan Cochrane, de CRU.

L’aluminium revu à la hausse

La baisse de production d’aluminium risque, affirme Morgan Stanley, de faire remonter les cours. La banque a donc rehaussé de 9% sa prévision de prix à la tonne au dernier trimestre de 2017 (à 2094 dollars) et de 5% sur 2018 (à 1984 dollars). La Chine est le premier producteur, avec plus de la moitié de l’aluminium produit dans le monde. Sur les huit premiers mois de l’année, sa production avait encore augmenté de plus de 6%.

Métaux recyclés

Les ferrailles et métaux non-ferreux recyclés n’ont en revanche pas connu, pour l’instant, le destin des déchets de papiers-cartons et de plastiques, dont l’interdiction d’import par la Chine a fait s’effondrer les cours. Sur les vieux métaux, ceux-ci sont plutôt en légère hausse après une légère baisse des cuivre, bronze et laiton mi-septembre. La crainte de pénurie a poussé leurs consommateurs chinois à monter leurs prix d’achat. Mais cette hausse pourrait ne pas durer. Tout dépendra des détails qu’apportera Pékin sur les catégories de vieux métaux visées par cette interdiction d’import. Il semble pour l’instant que soient concernés ceux contenant du vanadium, ainsi que les moteurs électriques et autres déchets électroniques à basse teneur en cuivre.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 18/01/2023 - CDI - Saint-Genis-Laval

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

33 - COBAN

Fourniture et travaux de pose et de dépose de signalisation spécifique

DATE DE REPONSE 23/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS