L'immatériel a le vent en poupe

Thierry Breton, le ministre de l'Économie, a réuni hier le comité de pilotage «Bercy au service de l'économie de l'immatériel». Aujourd'hui, ce sont 200 groupes français qui participent au lancement de l'Observatoire de l'immatériel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'immatériel a le vent en poupe
A la suite de la remise du rapport de la Commission sur l'économie de l'immatériel, les initiatives se multiplient à ce sujet. Ainsi, Thierry Breton a réuni hier le comité de pilotage « Bercy au service de l'économie de l'immatériel ». Ce comité, qui regroupe l'ensemble des directions du Minefi, a été constitué sous la coordination de la Direction générale des entreprises (DGE).

Au cours de cette réunion, le ministre de l'Économie a fait le point sur les premières mesures décidées dans le prolongement des recommandations de la Commission. Il a également souhaité que « l'immatériel structure la pensée et l'action économiques de Bercy, au même titre que les engagements européens de la France structurent son action en matière de finances publiques ».

Par ailleurs, réunis à l'opéra Bastille, les dirigeants de quelque 200 groupes français participent aujourd'hui au lancement de l'Observatoire de l'immatériel. Cet organisme, créé par Ernst & Young, SAS France, l'Institut national de la propriété industrielle, Goodwill Management et Mar-Tech & Finance, veut fournir aux entreprises, via son site web (www.observatoire-immateriel.com), un outil de mesure et de comparaison de leurs actifs immatériels. Il est présidé par Jean-Marie Descarpentries, ancien président de Carnaud-Metal-Box, Ingenico et Bull.

Ce portail permet aux entreprises européennes d'accéder gratuitement à un référentiel, structuré autour de huit actifs immatériels principaux (clients, humain, organisation, systèmes d'information, fournisseurs, marques, savoir et actionnaires), 34 critères et 151 indicateurs. A partir des éléments d'informations saisis sur le site web, l'entreprise peut identifier, mesurer et comparer avec ses concurrents, ses propres actifs. Pour l'instant, sept secteurs d'activités sont pris en compte : la banque, l'énergie, le B-TP, la pharmacie-chimie, l'agroalimentaire, la distribution et un pôle média-publicité-télécoms.

« Aujourd'hui, il ne suffit plus d'être bon, constate Frédéric de Ligondés, directeur associé du cabinet Mar-Tech &Finance. Il faut s'affirmer par une différence qui s'exprime souvent dans l'immatériel ». D'après une étude de la Banque Mondiale, l'économie française est immatérielle à 86%. Il est grand temps de valoriser cet atout.

C.M. et B.B.


Pour en savoir plus :
- Accéder au rapport sur « L'économie de l'immatériel »
- Lire notre article « L'industrie a cinq ans pour basculer dans l'immatériel »

0 Commentaire

L'immatériel a le vent en poupe

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS