[L'image du jour] Les salariés d'Airbus en grève à Toulouse contre les suppressions d'emplois

Les salariés d'Airbus sont en grève ce mercredi 8 juillet à l'appel des syndicats Force ouvrière, CFE-CGC et CFTC pour protester contre les suppressions de postes prévues dans le cadre du plan social annoncé par l'avionneur européen.

Partager
[L'image du jour] Les salariés d'Airbus en grève à Toulouse contre les suppressions d'emplois
Les salariés en grève sur le siège d'Airbus à Toulouse (Haute-Garonne) au matin du 8 juillet.

Airbus a annoncé le 30 juin son intention de supprimer 15 000 postes d'ici l'été 2021, dont un tiers en France, dans le cadre d'un plan de restructuration mis en place pour faire face à la crise du transport aérien provoquée par la pandémie de coronavirus. Les salariés d'Airbus étaient en grève ce mercredi 8 juillet au matin à l'appel des syndicats Force ouvrière, CFE-CGC et CFTC pour protester contre ces suppressions de postes.

Sur le même thème: Airbus supprime 3 500 postes à Toulouse, Nantes et Saint-Nazaire aussi touchés

Treize ans après le plan Power 8 qui portait sur 10.000 suppressions de postes chez Airbus et ses sous-traitants, dont 4.300 en France et 1.100 au siège de Toulouse (Haute-Garonne), il s'agit du plan social le plus lourd de l'histoire de l'avionneur. Le site historique de Toulouse sera particulièrement touché avec 3.378 emplois perdus. Il s'accompagne de réductions d'effectifs chez ses filiales Stelia (36 postes concernés à Toulouse) et ATR (186 postes supprimés).

Sur le même thème: [Vidéo] Le message des dirigeants d'Airbus à leurs salariés

La "ligne rouge" des organisations syndicales

Dès l'annonce de ce "plan d'adaptation Covid-19", les organisations syndicales ont posé leur "ligne rouge", à savoir le refus de tout licenciement contraint. C'est sous ce mot d'ordre que Force ouvrière, la CFE-CGC et la CFTC, les trois syndicats représentatifs chez Airbus Opérations Toulouse où 2.398 suppressions de postes sont annoncées, ont appelé à un débrayage d'une heure et demie ce mercredi 8 juillet.

Derrière la banderole "Non aux licenciements", plusieurs milliers de salariés rassemblés devant la direction des usines toulousaines d'Airbus ont manifesté entre 11h00 et midi sur le bord des pistes de l'aéroport jusqu'au siège de l'avionneur, à Blagnac, où une délégation syndicale a été reçue par la direction du groupe.

Une démonstration de force à laquelle participait Erwan, 19 ans, formé au lycée Airbus et embauché en CDI en décembre dernier sur la chaîne d'assemblage A320. "On ne sait pas qui va partir et si les licenciements vont concerner les plus jeunes embauchés. Nous sommes tous inquiets", dit-il. A ses côtés dans le cortège, Corentin, 20 ans, recruté en septembre dans l'unité électrique d'Airbus, participe lui aussi à sa première manifestation. "On commence à peine dans la vie active et on pensait avoir un job jusqu'à la fin de notre carrière. On ne pouvait pas imaginer ça. Certains ont acheté un appartement, moi je fais construire une maison. On a forcément peur pour le futur", explique-t-il.

Pour Olivier Le Penven, mécanicien sur la chaîne A330 et militant CGT, "il n'est pas question que les salariés soient les victimes de la crise". "La filière aéronautique a dégagé des milliards de bénéfices pendant des années, il est hors de questions que les salariés soient sacrifiés. Il y a une vraie baisse du trafic aérien mais pour la direction c'est une belle opportunité pour essayer d'obtenir les baisses de productivité qu'elle essaie de nous imposer depuis des années", estime-t-il.

"AIRBUS A UNE VRAIE RESPONSABILITÉ"

"Quand le groupe fait face à des annonces aussi brutales, aussi impactantes pour le corps social, les salariés savent se mobiliser. Le but de cette manifestation est d'envoyer des messages, ce n'est pas encore de la colère", a déclaré à Reuters Françoise Vallin, coordinatrice CFE-CGC chez Airbus.

"Cette journée est historique car nous nous trouvons devant un vrai risque de plan social, pas seulement chez Airbus mais dans toute la filière aéronautique. Airbus a une vraie responsabilité à maîtriser son plan social qui est excessif et qui donne un exemple terrible à tous les sous-traitants", a dit à Reuters Jean-François Knepper, délégué syndical central Force ouvrière. "Nous demandons deux ans à partir du démarrage du plan afin de pouvoir mettre en place les mesures de départs volontaires et éviter ainsi des licenciements secs", ajoute-t-il.

Epargner 1 500 à 2 000 postes?

Alors qu'un accord de méthode fixant le calendrier des négociations devrait être signé dans la journée entre la direction et les syndicats, ces derniers demandent d'ores et déjà un rallongement de la durée d'exécution du plan.

Thierry Baril, directeur des ressources humaines d'Airbus, a estimé la semaine dernière que 1 500 à 2 000 postes pourraient être épargnés par la loi instituant le dispositif APLD de chômage partiel et par les fonds publics pour la recherche et le développement. Quant à l'éventualité de licenciements secs, il a dit partager la volonté des syndicats de ne pas y avoir recours tout en soulignant qu'il ne serait "pas responsable" de les exclure.

Jeudi 9 juillet, c'est la CGT, première organisation syndicale représentative de la filière aéronautique en Occitanie, qui a appelé à une journée de mobilisation dans toute la région pour la défense de l'emploi. Une manifestation est prévue à midi au départ du siège social d'Airbus à Blagnac, dans l'agglomération toulousaine, en direction de l'aéroport.

Avec Reuters (par Johanna Decorse, édité par Henri-Pierre André)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AIRBUS

MESSAGES

AIRBUS OPERATIONS

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS