[L'image du jour] Le télescope spatial James-Webb est déployé pour la première fois avant son lancement

Fruit d'une collaboration entre les agences spatiales américaine, européenne et canadienne, le télescope spatial James Webb doit aller explorer l'espace pour aider les scientifiques à mieux comprendre l'origine des galaxies et de la vie. Les essais de déploiement de son miroir de 6,5 mètres de large se sont déroulés avec succès en mars. Un lancement est prévu en 2021, si le Covid-19 n'en décide pas autrement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'image du jour] Le télescope spatial James-Webb est déployé pour la première fois avant son lancement
Pour éviter des dommages, les miroirs latéraux ont été accrochés au plafond.

Début mars, en Californie, la Nasa a, pour la première fois, déployé le télescope spatial James-Webb. Il ira étudier la formation des premières galaxies et planètes ainsi que l'origine de la vie à partir de 2021. S'ils peuvent ne pas paraître bien palpitants, ces tests de déploiement permettent aux ingénieurs de vérifier que, dans un environnement soumis à la gravité, l'appareil peut ouvrir son immense miroir de 6,5 mètres de large. De quoi garantir un bon fonctionnement dans l'espace, où la question du poids sera moins problématique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En raison de sa taille, James-Webb doit être installé plié dans sa fusée. Il lui faudra attendre de quitter notre atmosphère pour pouvoir se déployer. Pour vérifier, sur Terre, le bon déroulement de l'opération, les équipes ont dû accrocher les miroirs latéraux au plafond, afin que leur poids ne vienne pas endommager la structure.

D'autres tests doivent avoir lieu courant avril, notamment sur la Deployable Tower Assembly, structure ressemblant à un tuyau noir géant et protégeant les éléments les plus fragile de l'appareil. Cependant, à cause du Covid-19, les équipes ont été réduites, ce qui pourrait entraîner des retards. Lorsque les essais seront terminés, la Nasa prévoit d'évaluer si un lancement est toujours possible en 2021, au centre spatial de Kourou, en Guyane française. Le télescope James-Webb est issu d'un programme de développement commun, entre l'agence spatiale américaine et ses équivalentes européenne (Esa) et canadienne.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS