Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[L'image du jour] Arianespace reporte au 10 juillet le quinzième lancement de la fusée Vega

Simon Chodorge , ,

Publié le , mis à jour le 10/07/2019 À 14H58

[ACTUALISÉ] Arianespace devait lancer le satellite FalconEye1 dans la nuit du 5 au 6 juillet, quinzième décollage pour la fusée Vega. Le tir a été reporté au 10 juillet pour des raisons météorologiques.

Arianespace reporte au 10 juillet le lancement de FalconEye1
La charge utile de la quinzième mission de la fusée européenne Vega.
© CNES/ESA/Arianespace/Optique Vidéo CSG/P Baudon

Actualisation du mercredi 10 juillet : Arianespace a reporté à deux reprises le lancement du satellite FalconEye1 à bord de la fusée Vega. "Les conditions de vent en altitude au-dessus du Centre Spatial Guyanais restant défavorables, Arianespace a décidé de ne pas tenter un lancement le dimanche 7 juillet", a justifié l'entreprise. Arianespace a ouvert une nouvelle fenêtre de tir pour mercredi 10 juillet à 22h53 à Kourou (3h53 du matin le 11 juillet à Paris).

Arianespace va tenter le quinzième lancement de la fusée Vega. La mission VV15 devait partir depuis le Centre spatial guyanais de Kourou vendredi 5 juillet à 22h53 heure locale (3h53 du matin samedi 6 juillet à Paris). Elle a été reportée au 10 juillet. Il s’agira du sixième lancement effectué par l’entreprise française depuis le début de l’année. La mission devrait durer 57 minutes.

Un satellite d'observation de la Terre

Initié en 2012, le lanceur léger de l’Agence spatiale européenne (ESA) embarquera le satellite FalconEye1 pour le placer en orbite à 611 kilomètres de la Terre. Développé par Airbus Defence and Space (mandataire) et Thales Alenia Space (co-maîtrise d’oeuvre), le satellite servira aux forces armées des Émirats arabes unis.

FalconEye1 est un satellite d’observation de la Terre avec un poids de 1,197 kilos. Un deuxième satellite identique, FalconEye2, doit être lancé pour compléter le système. “Chaque satellite comporte [...] des capacités optiques de très haute résolution”, indique dans un communiqué Arianespace. “Ils sont équipés d’un système au sol pour la surveillance, la réception et le traitement des images”, ajoute le groupe. Les appareils seront contrôlés et opérés par des ingénieurs émiriens.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle