L'Usine Aéro

L’Ile-de-France, place forte de la construction de moteurs d’avions

, , , ,

Publié le

Outre la présence des sièges des grands du secteur, la région-capitale se différencie par une forte spécialisation dans les activités de construction de moteurs.

L’Ile-de-France, place forte de la construction de moteurs d’avions © Patrick Delapierre

Le secteur aérospatial francilien bénéfice de la présence d’intégrateurs (Dassault, Astrium, etc.), de motoristes (Snecma, Turboméca), de grands équipementiers (Thales, Messier-Bugatti-Dowty) et d’un tissu dense de PME spécialisées. La région présente une forte spécialisation dans les activités de construction de moteurs et c’est, aussi, sur son territoire qu’est implanté le pôle de compétitivité aérospatial Astech. L’Île-de-France compte des pépites, comme le montre ces quelques exemples.

Avnir Engeenering, les problématiques liées à la mécanique

La jeune société parisienne Avnir Engeenering est spécialisée dans la R&D appliquée aux problématiques liées à la mécanique. Travaillant principalement pour les secteurs de l’aéronautique et de l’énergie, Avnir Engeenering a doublé, en un an, son chiffre d’affaires qui a atteint 1,6 million d'euros en 2012. "Notre stratégie repose sur l’embauche des meilleurs jeunes spécialistes et notre ambition est d’intégrer un grand équipementier soit sous forme de partenariat, de joint-venture ou de cession", précise son directeur, Christophe Ulrich.

Resa, le câblage électronique pour l’industrie spatiale

Resa à Villebon-sur-Yvette (Essonne) est une société de pointe sur le marché du câblage électronique pour l’industrie spatiale. "Notre cœur de métier c’est le câblage manuel avec 25 câbleurs hautement qualifiés mais nous avons aussi une activité de câblage industriel", détaille Thierry Reboul, directeur adjoint. Resa emploie une quarantaine de salariés et le montant de ses ventes s’est élevé à 3,3 millions d'euros en 2012. "L’ambition c’est de maintenir ce savoir-faire français et de le faire rayonner au niveau européen pour réaliser 25 % à 30 % de notre chiffre d’affaires à l’export", complète Thierry Reboul.

Maintag, l’identification et la traçabilité des équipements embarqués

Maintag à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) est le leader mondial des solutions pour l’identification et la traçabilité des équipements aéronautiques embarqués. "Nous sommes largement en tête avec plus de 90 % du marché mais la concurrence commence à s’organiser et notre objectif est de garder notre place", commente Bruno Lo-Ré, président de la société. Pour conserver son rang, Maintag propose de nouveaux produits et vient de lancer une génération de puces silicium "trois fois plus performantes que les puces RFID aéronautiques", selon l’entreprise. Maintag emploie 25 salariés et vise 6 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2013 contre 1,5 million d'euros en 2012.

Sofradir, unique acteur français de la détection infrarouge

En reprenant en 2012 les activités infrarouges de Thales et Sagem, ses deux actionnaires, la société Sofradir de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) est devenue l’unique acteur français de la détection infrarouge. Déjà leader mondial des détecteurs refroidis réservés aux applications défense et spatial, l’entreprise voit plus grand. "Aujourd’hui nous sommes deuxième mondial toutes technologies confondues et avec ces acquisitions, nous regroupons l’ensemble des technologies infrarouges et sommes partis pour être leader toutes technologies confondues", se félicite Philippe Bensussan, président de Sofradir. En 2012, Sofradir, et sa filiale iséroise Ulis SAS, ont réalisé 150 millions d'euros de ventes avec quelque 700 salariés.

Elno, la communication en milieux sévères

Elno est un des spécialistes européens de la communication en milieux sévères (casques, micro, interphone), il présentera au salon du Bourget un nouveau modèle de micro pour l’aviation civile. Le groupe d’Argenteuil (Val-d’Oise) dont la stratégie repose sur l’innovation s’est fixé pour objectif d’accroître son pourcentage de ventes directes à l’étranger qui a atteint 25 % de son chiffre d’affaires de 23 millions d'euros en 2012. Il emploie 120 salariés.

De notre correspondant en Île-de-France, Patrick Désavie

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte