L'hydrolienne de Sabella attaquée par des pirates

En octobre 2015, des pirates informatiques ont pris pour cible l'hydrolienne de l'entreprise quimpéroise Sabella, enfouie sous la mer d'Iroise. Sa production électrique a été interrompue pendant quinze jours.

Partager

Même immergée à 55 mètres de profondeur, une hydrolienne n'est pas à l'abri des pirates. En octobre 2015, des hackers se sont attaqués à l'ordinateur qui permettait la connexion satellitaire entre l'hydrolienne de Sabella D10, installée au large d'Ouessant (Finistère), et Quimper. "On s'est rendu compte que l'un des serveurs était crypté, un message était inscrit sur l'écran", raconte Jean-François Daviau, PDG de la PME quimpéroise.

Les ransomwares, ou rançongiciels sont de plus en plus fréquents. Ces logiciels malveillants piègent l’ordinateur de ses victimes et prennent en otage leurs données personnelles. Tous les fichiers sont alors inutilisables. Le pirate promet de fournir la clé capable de déchiffrer les données en échange d’une somme d'argent, 4 000 dollars pour Sabella, à régler en ligne via Paypal ou un virement en bitcoins.

"On n'a pas payé, on a géré le problème en interne", assure Jean-François Daviau. La production électrique de l'hydrolienne a été interrompue pendant quinze jours. Le piratage n'a pas perturbé le réseau électrique local puisqu'il est intervenu quelques jours avant le raccordement à l'île d'Ouessant. "Nous avons arrêté le serveur par sécurité, afin de nettoyer l'installation, d'installer un pare-feu et de relancer le système. Il n'y a pas eu de dommage, nous n'avons perdu aucune donnée", raconte le PDG qui qualifie l'affaire d'"anecdotique".

Pour d'autres entreprises, la solution n'est pas aussi simple. En février, Le Hollywood Presbyterian Medical Center, un hôpital de Los Angeles (Etats-Unis) attaqué par le même type de logiciel, a été dans l'obligation de verser une rançon de 17 000 dollars afin de pouvoir reprendre le contrôle de son système informatique.

Sabella, quant à elle, continue son développement malgré les pirates. D'ici à 2020 trois autres machines devraient être installées dans le courant du Fromveur dans le cadre d'une ferme pilote destinée à couvrir 50 à 70% des besoins en électricité de l'île d'Ouessant. La PME bretonne voit encore plus loin. Elle installera d'ici à 2017 trois à quatre hydroliennes aux Philippines, et convoite le marché canadien.

Marine Protais

1 Commentaire

L'hydrolienne de Sabella attaquée par des pirates

yuropp
19/03/2016 12h:08

Mais quand comprendront-ils qu'utiliser Wintel pour ce genre d'application est une fausse économie ? Au prix des cartes Ardino et similaies, ce n'est d'ailleurs plus une économie du tout…

Il serait grand temps que les assureur informatiques tiennent compte de la vulnérabilité pratique (nombre de cas rapporté au parc) des différentes plates-formes pour leur calcul de primes. Il est vrai que leur propre informatique est 100% Wintel…

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie et Matières premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS