Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

"L'hydro a un avenir dans le stockage", croit Jérôme Pécresse (GE Renewable Energy)

, , , ,

Publié le

Entretien Pour Jérôme Pécresse, son PDG, l’activité de GE Renewable Energy va permettre au groupe de construire une histoire positive sur la transition énergétique.

L'hydro a un avenir dans le stockage, croit Jérôme Pécresse (GE Renewable Energy)
Pour Jérôme Pécresse, son PDG, l’activité de Ge Renewable energy va permettre au groupe de construire une histoire positive sur la transition énergétique. Propos recueillis par Aurélie Barbaux et Manuel Moragues
© Pascal Guittet

L'Usine Nouvelle - Que représentent les renouvelables chez GE ?

Jérôme Pécresse - GE Renewable Energy est une activité de premier rang pour GE. Dans le nouveau GE, les renouvelables ont vocation à être un axe de croissance majeur. C’est un secteur dont les tendances de marché sont porteuses et à travers lequel GE construit un modèle industriel de la transition énergétique, qui affecte les métiers traditionnels de l’énergie. Notre siège est à Paris. Cela a permis de créer en France environ 200 emplois. Nous couvrons quatre activités : l’éolien terrestre, historiquement situé aux États-Unis, l’éolien en mer, à Nantes et à Saint-Nazaire, les pales d’éoliennes – avec en France la nouvelle usine de Cherbourg –, et l’hydroélectrique situé à Grenoble.

Quel avenir pour l’hydro ?

L’hydroélectricité a un rôle à jouer dans l’équation mondiale de la transition énergétique avec le stockage, mais le temps des très

grands projets de barrages neufs est derrière nous. Nous avons dû adapter nos structures à cette réalité en France, au Canada, en Inde et au Brésil. À Grenoble, qui reste le centre mondial de l’ingénierie hydro, la restructuration se terminera à la fin de l’année. L’avenir de l’hydro se trouve dans d’autres types de projets et de technologies, comme le pompage-turbinage (ou Step). Nous avons finalisé des projets de ce type en Suisse, en Israël, en Inde et en Chine.

Pourquoi avoir choisi Cherbourg pour l’usine de pales ?

La production en France des nacelles et des pales de l’éolien en mer en France avait été décidée lors d’un accord entre Alstom, EDF et le gouvernement français dès 2011. Après le rachat des activités énergie d’Alstom en 2015, GE a réalisé l’acquisition du plus grand producteur mondial de pales LM Wind Power et a confirmé la décision d’ouvrir une usine dédiée à Cherbourg. Ce projet participe à la création de la filière énergie marine en France. Beaucoup en ont parlé. Nous la faisons. Avec 550 personnes à terme à Cherbourg, plus de 250 ingénieurs à Nantes, entre 200 et 400 à Saint-Nazaire, nous construisons en France une filière d’excellence mondiale dans les énergies renouvelables.

Que pèsent les services ?

Ils représentent entre 10 et 15 % de notre chiffre d’affaires. Près de 75 % des produits vendus sont accompagnés d’un contrat de service durant vingt ans incluant des engagements de performance et de disponibilité. La part du service a vocation à croître à 25 % grâce au digital, axé sur la maintenance prévisionnelle, et à l’augmentation de notre base installée.

Explorez-vous d’autres secteurs ?

Dans le solaire, nous n’avons pas trouvé de point d’entrée ni de relais de croissance satisfaisants. Nous sommes attentifs à l’hydrogène et au stockage intelligent avec le projet GE Réservoir, qui étudie l’assemblage de batteries. Nous sommes également présents dans l’éolien flottant – avec notamment le projet Eolfi –, qui sera une partie significative du marché de l’éolien.

Quel est votre principal défi ?

Il y en a deux. Le premier est l’accélération des cycles d’innovation, qui nous oblige à réfléchir en termes de plate-forme et non plus de produit. Le second est la demande croissante de projets clés en main. Une compétence que nous maîtrisons dans l’hydro et que nous développons dans l’éolien.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle