Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

L'huile de palme de Total n'est qu'un (encombrant) prétexte pour la FNSEA

, , ,

Publié le , mis à jour le 11/06/2018 À 15H51

Analyse La FNSEA et les Jeunes agriculteurs bloquent à partir du lundi 11 juin pour trois jours reconductibles 14 raffineries et dépôts de carburants. Une opération de communication aux objectifs flous.

L'huile de palme de Total n'est qu'un (encombrant) prétexte pour la FNSEA
La FNSEA et les Jeunes agriculteurs bloquent à partir du lundi 11 juin 14 raffineries et dépôts de carburants.
© African Hope

Officiellement, si la FNSEA et les Jeunes agriculteurs appellent leurs membres à bloquer 14 raffineries et dépôts de carburant, de Total mais pas uniquement, pour trois jours à partir depuis le lundi 11 juin, c’est pour dénoncer les contradictions du gouvernement français qui les obligent à respecter des normes auxquelles ne sont pas soumis les produits agricoles importés comme l’éthanol brésilien ou l’huile de palme de Malaisie ou d’Indonésie.

Des produits qui servent à produire les biocarburants (qui n’ont de bio que le nom), notamment du biodiesel. Or le gouvernement, validant une promesse de la précédente mandature, vient d’autoriser Total à importer jusqu’à 450 000 tonnes par an d’huile de palme pour alimenter sa nouvelle bioraffinerie de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône. C’est cette décision qui a motivé les agriculteurs à monter leur blocage. Mais la révélation qu’un de leur principal membre, le groupe agroindustriel Avril, importe lui aussi au moins 100 000 tonnes d’huile de palme par an en complément du colza français pour produire du biodiesel, a obligé la FNSEA à changer son discours. 

"N’importons pas l’agriculture"

La fédération rappelle maintenant qu’elle se range, tout comme le groupe Avril, derrière Bruxelles, qui veut interdire les huiles de palme dans les biocarburants à partir de 2021. Surtout, la FNSEA étend ses revendications aux importations de viande. Mais les demandes concrètes des agriculteurs ne sont pas claires. Interrogé par L’Usine Nouvelle, Olivier Dauger, responsable environnement à la FNSEA est incapable de donner des attentes précises qui ferait du mouvement de blocage des sites pétroliers rebaptisé #Sauverlesagri, un succès et éviterait une reconduction du blocage au-delà des trois jours initiaux prévus.  

Il explique juste que dans le contexte de transition énergétique et de lutte contre le réchauffement climatique, les agriculteurs sont prêts à jouer leur rôle et à mieux utiliser les terres agricoles. "L’idée, c’est de sortir du pétrole. Il existe une autre façon de faire de l’énergie alimentaire ou ou carburant, c’est la photosynthèse", rappelle Olivier Dauger. Mais selon lui, les accords commerciaux internationaux signés par la France fragilisent les agriculteurs français et ne leur permettent pas de remplir cette mission. La FNSEA voudrait que la France interdise les importations de produits agricoles avec des produits interdits en France. Et a choisi comme slogan "n’importons pas l’agriculture". Cela va être compliqué à appliquer.

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

12/06/2018 - 16h30 -

On ne peut pas à la fois être juge et partie et c'est le cas de la FNSEA des gros "agriculteurs". D'ailleurs on ne sent pas un enthousiasme débordant à cette manifestation de "colère".
Répondre au commentaire
Nom profil

11/06/2018 - 18h17 -

l'usage de l'huile de palme dans nos moteurs est une ineptie lorsqu'on connait les ravages qu'occasionnent ses plantations....Pour autant la volte face de la colza nostra est très démagogique. Vivement des carburants issus de la production d'algues avec un CO2 dont on ne sait que faire.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/06/2018 - 15h18 -

Rappelons également que le groupe AVRIL était dirigé ( possédé ? ) par Xavier BEULIN Patron de la FNSEA et disparu il y a peu...
Répondre au commentaire
Nom profil

11/06/2018 - 09h14 -

Il est vrai qu'il va falloir un jour se poser la question de la cohérence politique . Puisqu'on ne pourra pas longtemps admettre que l'Europe accepte qu'on importe des produits moins chers en contradiction avec les mesures sur le changement climatique et que dans le même temps elle impose des contraintes et des règles anti économiques pour les même raisons aux seules entreprises Européennes.
Répondre au commentaire
Lire la suite

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus