L'horloger Jaquet au coeur d'une vaste affaire de contrefaçon

Partager

Une vingtaine de policiers suisses ont investi mardi dernier les locaux de la manufacture horlogère Jaquet-Baume, à la Chaux-de-fonds, dans le jura suisse. Agissant sur commission rogatoire du juge d'instruction Sylvie Favre, en charge du dossier, les policiers ont entièrement perquisitionné le site dans le cadre d'une enquête sur un vaste trafic de fausses montres assemblées avec de vraies pièces.

En une semaine, les policiers ont procédé à une douzaine d'arrestations, dont celle de Jean-Pierre Jaquet, le patron de Jaquet-Baume, l'un des plus prestigieux assembleurs de montres haut de gamme de l'Arc Jurassien, et fournisseurs des plus grands noms de l'horlogerie de luxe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Jean-Pierre Jaquet, qui a démissionné de son entreprise depuis son arrestation, est actuellement interrogé dans le cadre de l'enquête sur une série de vols à main armé, commis dans des entreprises horlogères de La-Chaux-de-Fonds depuis janvier 2002. Des boîtiers en or de Rolex, pour une valeur de 330 000 euros, avaient ainsi été dérobés avant de réapparaître sous la forme de faux chronographes Rolex, assemblés avec des mouvements fournis par la société Jaquet. Jean-Pierre Jaquet affirme qu'il est innoçent, selon son avocat.

En 2002, Nicolas Hayek le patron de Swatch Group, avait déjà accusé, sans les nommer, certains horlogers de la région d'alimenter les faussaires avec des mouvements assemblés à partir de pièces fournies par sa filiale ETA (lire l'Usine Nouvelle n°2837 et n°2838). Celle-ci, incontournable sur le marché de la montre de luxe, avait alors annoncé qu'elle cesserait ses livraisons à partir du 1er janvier 2006. Une décision qui avait provoqué la colère de certains horlogers jurassien, dont celle de Jean-Pierre Jaquet. Elle risque, désormais, de ne plus être remise en question.

Yves Dougin

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS