Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’horloger ISA France placé en redressement judiciaire

, ,

Publié le

Abandonnée par son actionnaire, la société d’horlogerie ISA France a été placée en redressement judiciaire. Implantée à Villers-le-Lac (Doubs), l’entreprise qui emploie 74 salariés se donne deux mois pour retrouver un repreneur.

L’horloger ISA France placé en redressement judiciaire © D.R.

Le sentiment de sidération domine dans les ateliers d’ISA France, fabricant de mouvements horlogers situé à Villers-le-Lac (Doubs), à quelques kilomètres de la frontière suisse. L’actionnaire du groupe basé à Hong-Kong a décidé d’arrêter les activités liées au mouvement à quartz pour des raisons économiques. Le président de la société, Philippe Truchot, l’a appris début octobre : "Nous ne nous y attendions pas, c’est un coup de massue."

Ainsi lâchée par son actionnaire qui est aussi son premier client, l’entreprise vient d’être placée en redressement judiciaire par le tribunal du commerce de Besançon pour six mois. L’entreprise d’horlogerie qui emploie 74 salariés (7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015) se met en recherche active de repreneur. En termes de trésorerie, elle se donne deux mois pour sortir de l’impasse.

Première restructuration en 2015 : 20 emplois supprimés

ISA France a déjà traversé plusieurs zones de turbulences. En 2006, le groupe avait mis fin à la fabrication de mouvements bas de gamme pour se repositionner sur le milieu et haut de gamme. Cette perte qui représentait un volume de 5 millions de pièces avait entraîné une chute de 50 % du chiffre d’affaires. Depuis cette époque, l’usine d’ISA France à Villers-le-Lac a entamé un processus de diversification.

"Nous utilisons les moyens de production de l’usine pour fabriquer des pièces de haute précision, à l’échelle du micron pour les secteurs aérospatial, aéronautique, médical, des biens d’équipement et de l’électronique", explique Philippe Truchot. Une façon de se prémunir contre la mauvaise conjoncture horlogère.

L’entreprise craint de revivre une restructuration, comme en 2015, où elle avait dû supprimer une vingtaine d’emplois.  De l’autre côté de la frontière suisse, une autre société du groupe, ISA Swiss (45 salariés), pourrait connaître le même destin. Basée aux Brenets, l’entité helvétique rassemble les activités de conception des mouvements à quartz, l’assemblage des mouvements swiss made, le service commercial et le laboratoire qualité.

Le président de la société ISA France se veut optimiste et croit en une reprise. "Notre entreprise a la particularité d’intégrer tous les métiers de précision : de la conception au découpage, de l’usinage à l’injection en passant par le traitement de surface." Que ce soit dans le cadre d’une croissance externe ou d’une reprise, un donneur d’ordres pourrait s’intéresser au savoir-faire d’ISA France, dont le sort n’est pas encore scellé.

Lucie Thiery

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • ISA à VILLERS-LE-LAC (25130)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus