L'homéopathie est inefficace et ne devrait pas être remboursée, alertent des scientifiques européens

Le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) alerte sur l'homéopathie qui ne serait pas efficace au-delà d'un certain effet placebo.  Les scientifiques demandent donc l'arrêt du remboursement de l'homéopathie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'homéopathie est inefficace et ne devrait pas être remboursée, alertent des scientifiques européens
Le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) demande la fin du remboursement de l'homéopathie.

Le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) s'élève contre l'homéopathie. Dans le cadre de ce rapport publié en septembre 2017, l'EASAC précise : "Les analyses et les conclusions se basent sur des rapports déjà publiés par des autorités impartiales" et non pas sur des études menées spécialement dans le cadre de ce rapport.

Les scientifiques expliquent que si l'homéopathie fonctionne sur certains patients c'est en raison de l'effet placebo : le traitement est efficace alors même qu'il ne contient aucun principe actif. Le regroupement européen de scientifiques ajoute qu'il n'y aucune maladie connue contre laquelle l'homéopathie a un effet durable et reproductible au-delà de cet effet placebo. "Les revendications en faveur de l'homéopathie sont invraisemblables et incompatibles avec les concepts scientifiques établis", affirment donc les scientifiques.

L'EASAC demande la fin du remboursement de l'homéopathie

Le regroupement européen de scientifiques plaide pour l'établissement de normes réglementaires plus strictes pour l'homéopathie afin de s'assurer que tous les produits utilisés dans le cadre médicinal soient sûrs et efficaces. Tout comme les médicaments sont soumis à de nombreux tests avant d'avoir une autorisation de mise sur le marché (AMM), l'homéopathie devrait répondre à des normes réglementaires avant d'être commercialisée dans le but de soigner des patients, selon l'EASAC. En l'absence de tests, les autorités nationales compétentes ne devraient pas approuver les produits.

Surtout, les scientifiques demandent la fin du remboursement de l'homéopathie. "Les systèmes de sécurité sociale ne devaient pas rembourser l'homéopathie sauf s'il est démontré par des tests rigoureux que le produit en question est sûr et efficace", déclare l'EASAC. Ces tests en question devraient donc être similaires à ceux menés sur les médicaments.

Défiance grandissante des Français vis-à-vis des médicaments

Avec ce rapport, les scientifiques européens souhaitent apporter toutes les données nécessaires afin que les consommateurs et les patients choisissent en étant informés au mieux. Et ce réquisitoire intervient alors même que la confiance des Français vis-à-vis des médicaments s'érode.

L’observatoire sociétal du médicament 2016, réalisé par Ipsos pour les entreprises du médicament (Leem), mettait en avant le niveau de confiance en baisse des Français pour tous les médicaments sauf... l'homéopathie. Ce dernier gagne deux points et atteint 73%, mais reste derrière les médicaments sur ordonnance (88 %, - 5 points), les médicaments remboursés (88 %, - 4 points) ou les médicaments de marque (87 %, - 2 points).

Léna Corot Journaliste à L'Usine Digitale

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS