L'histoire du solaire high-tech de Soitec victime du silicium triomphant

Soitec jette l’éponge dans le solaire après cinq ans d’efforts et d’investissements.

Les classiques panneaux en silicium, éprouvés et toujours moins chers, ont étouffé la technologie de photovoltaïque à concentration du français.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'histoire du solaire high-tech de Soitec victime du silicium triomphant

Fin de l’aventure solaire pour Soitec. Le français a annoncé lundi 19 janvier qu’il recentrait ses activités sur son cœur de métier, l’électronique, et qu’il avait "engagé plusieurs actions visant à réaliser la valeur de la division Energie solaire", selon son communiqué. En clair, Soitec abandonne le solaire. "Le solaire n’est plus le sujet de Soitec aujourd’hui", a tranché Paul Boudre, désormais directeur général à la place d’André-Jacques Auberton-Hervé, qui reste président du conseil d’administration.

La diversification stratégique lancée par l’ETI iséroise en 2009 a tourné court. "Soitec y a investi au total 400 millions d’euros", a rappelé Olivier Brice, son directeur financier, précisant que le bilan de cette aventure ne pourrait être dressé qu’après la valorisation des actifs de Soitec - la toute récente usine de San Diego en tête, dans laquelle Soitec dit avoir investi environ 170 millions. Selon Olivier Brice, les modalités de cette valorisation restent à explorer et le groupe se donne plusieurs mois pour la réaliser. Déjà, Soitec affirme avoir supprimé 100 emplois à San Diego et promet d'autres mesures de réduction des coûts. Concernant les projets en cours - essentiellement 50 MW en France - Soitec assure qu'il continuera à fournir ses clients ou leur trouvera une alternative.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Essor en Afrique du Sud, chute en Californie

Après des années d'efforts, André-Jacques Auberton-Hervé pensait, au printemps 2014, voir enfin décoller son activité dans le solaire. La mise en service de sa première centrale d'envergure, en Afrique du Sud, avait fait bondir in extremis son chiffre d'affaires dans le photovoltaïque de 6 millions d'euros en 2012-2013 à 79 millions sur l'exercice 2013-2014 (clos le 31 mars 2014), pour un chiffre d'affaires total de 247 millions. La division solaire a ensuite généré 39 millions d'euros de ventes sur les 9 premiers mois de l'exercice 2014-2015.

Las ! Cet essor a été brisé net par la perte d'un très gros contrat évalué à environ 250 millions d'euros en Californie. L'annonce, fin décembre, de cet échec avait fait chuter le cours en Bourse de l'ETI de moitié en une matinée. La poursuite de l'activité a été jugée intenable alors que le groupe avait déjà levé 400 millions d'euros via trois augmentations de capital en quatre ans pour la financer.

Ce revers californien, l'échec de Soitec dans le solaire mais aussi plus largement l'incapacité de la technologie du photovoltaïque à concentration (CPV) à percer partagent une même cause : la domination croissante du silicium. Le porteur du projet californien, Tenaska Solar Ventures, a préféré des panneaux en silicium "classiques", éprouvés et bien moins chers, à la technologie complexe et encore très peu utilisée de Soitec.

Une techonologie complexe

Le principe du CPV consiste à utiliser un petit nombre de cellules solaires ultraperformantes, au rendement presque double des meilleures cellules au silicium, - constituées de semi-conducteurs III-V - bien plus chères que le silicium et sur lesquelles la lumière est concentrée (500 fois pour Soitec). Il faut en outre que ces cellules soient parfaitement orientées face au soleil, ce qui nécessite un dispositif électromécanique de suivi de notre étoile très précis et coûteux ("tracker 2 axes"). Cette technologie est bien adaptée aux grandes centrales au sol dans les zones à forte irradiation, un segment de marché en plein essor.

De nombreuses start-up se sont positionnées sur le CPV à la fin des années 2000. Le jeu était encore ouvert entre les technologies. Mais les investissements massifs de l'Asie dans la fabrication de panneaux en silicium ont changé la donne. Dopé par la chute de ses prix, le silicium s'est imposé : éprouvé à travers des dizaines de gigawatts de par le monde, il domine aujourd'hui le marché à environ 90%. Les technologies de CPV, ultra-minoritaires, complexes et peinant à suivre la chute des prix du silicium, n'ont pu rassurer les investisseurs, qui considéraient déjà le solaire comme une activité risquée. La plupart des start-up du CPV ont jeté l'éponge.

Resté en piste et bataillant sans relâche pour promouvoir sa technologie, Soitec était devenu l'un des leaders, sinon le leader mondial du secteur et était en train de réaliser l'une des plus grandes installations CPV du monde avec sa centrale sud-africaine de Touwsrivier de 44 MW. Mais c'était au prix de lourdes pertes. La perte du contrat californien n’offrait plus de perpectives suffisantes. Soitec a été vaincu par le silicium.

Manuel Moragues

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS