Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L'héritier du Solar Impulse, veut faire voler son taxi 100 % électrique au-dessus des villes dans cinq ans

Aurélie M'Bida , , , ,

Publié le

Créée par le co-pilote de Solar Impulse, la start-up suisse H55 présente des ambitions sérieuses. Faire voler un petit engin doté d'un moteur à propulseur 100% électrique en milieux urbains. Grâce à l'expérience de ses fondateurs et à de bons partenaires industriels, H55 vient de boucler son premier tour de table et peut espérer une expérimentation sous trois ans.

L'héritier du Solar Impulse, veut faire voler son taxi 100 % électrique au-dessus des villes dans cinq ans © Hamilton Aéro/ Jean-Marie Urlacher

Venir se frotter aux grands de l'aéronautique ou de l'automobile sur le terrain des véhicules volants autonomes et/ou électriques, c'est un pari que certains tentent, avec plus au moins de crédibilité. L'ingénieur et aventurier André Borschberg qui, avec son compère Bertrand Piccard a réussi un tour du monde en avion solaire, lance sa start-up dans les locaux de l'Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL). H55 a pour ambition de développer "un véhicule urbain volant totalement électrique" et "révolutionner l'aviation" en la faisant passer à l'ère de l'électrique, affirme la start-up helvète dans une communication du 20 février.

Et pour ce faire, l'expérience du défi technologique relevé avec Solar Impulse 1 et 2, a sans doute contribué à convaincre partenaires industriels et financiers de suivre la start-up. Ainsi, H55 annonce avoir levé 5 millions de francs suisses (4,3 millions d'euros) pour son développement auprès de NanoDimension, un fond de capital-risque de la Silicon Valley. "Le transport aérien électrique améliorera radicalement la façon dont nous vivons et nous déplaçons. De nouveaux concepts qui ne sont possibles qu'avec la propulsion électrique, permettront bientôt aux avions de décoller et atterrir verticalement et tranquillement", s'est réjoui André Borschberg qui va pouvoir travailleur à un nouveau propulseur électrique. Et de poursuivre : "Imaginez monter à bord d'un avion électrique sur le toit d'un bâtiment, et que celui-ce peut vous amener de l'autre côté de la ville en moins de 10 minutes, sans impact sur l'environnement". Le tout pour un coût très bas.

Trois à cinq ans

Techniquement, H55 travaille avec des fabricants d'aéronefs sur les concepts actuels et sur le futur engin volant, a expliqué à L'Usine Nouvelle Grégory Blatt, l'un des trois fondateurs de H55, sans dévoiler le nom des sociétés en question. "Siemens nous a fourni un moteur électrique pour notre premier avion", précise-t-il. Quant à un calendrier, la start-up espère que le projet d'avion à propulsion électrique pour les villes "sera une réalité d'ici à trois ans", et d'ici à cinq ans pour le survol des villes, sous réserve des autorisations administratives adéquates.

H55 s'inscrit dans la course aux moteurs électriques d'avions. Et dans le domaine des drones-taxis ou des appareils Vertical Take Off and Landing (VTOL),  on peut croire en les plus importants débouchés. On y retrouve ainsi le Volocopter2x a volé pour la première fois à Dubaï aux Emirats arabes unis, et depuis à Las Vegas (Etats-Unis). Le Vahana A3 d’Airbus vient de le faire dans l’Oregon de même que Lilium, qui a levé 90 millions de dollars en septembre dernier, en Bavière ou encore le chinois eHang 184.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle