L’extension du port d’Abidjan est lancée

Les travaux de modernisation et d’extension du port autonome d’Abidjan ont été lancés le 6 octobre. Une bonne nouvelle pour les groupes français Bolloré et Bouygues, qui exploiteront le second terminal à conteneurs en consortium avec le danois Maersk.

Partager

Le port d'Abidjan - Crédits RomainSeaf - Flikr - CC

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les travaux lancés le 6 octobre sur le port autonome d’Abidjan incluent un approfondissement de la passe du canal de Vridi, la modernisation des quais actuels et la construction d’un second terminal à conteneurs. Ils devraient être terminés en 2019.

Financement chinois

Ces travaux, dont le coût est évalué à 560 milliards de francs CFA (plus de 850 millions d’euros), seront financés à 85% par la banque chinoise d'import-export Eximbank of China. Les investissements chinois dans les infrastructures ivoiriennes se multiplient depuis le retour de la paix dans le pays : réseau de fibre optique, autoroute Abidjan - Grand-Bassam, barrage hydroélectrique de Soubré, stade olympique de 60 000 places…

La modernisation des quais leur permettra d’accueillir sur 1200 mètres des porte-conteneurs de plus de 300 mètres de long (8500 conteneurs), grâce à une profondeur de 18 mètres. Ce qui fera du port ivoirien un concurrent sérieux pour se placer sur le podium des plus grands ports d’Afrique subsaharienne.

Dans sa configuration actuelle, le port est opéré par Bolloré Africa Logistics depuis 2004. La concession du nouveau terminal a été attribuée à un consortium réunissant Bolloré Africa Logistics, APM-Terminals (groupe Maersk) et Bouygues Travaux publics, mieux-disant de l’appel d’offre mais longtemps contesté par le ministre ivoirien de l’Economie Jean-Louis Billon, qui faisait valoir le risque d’abus de position dominante de Bolloré sur les ports africains.

"Le premier port africain entre Tanger et Durban"

Le port de pêche, vétuste, fait lui aussi l’objet d’une rénovation et une étude préparatoire est en cours pour la construction d’un nouveau terminal céréalier, avec l’aide de la coopération japonaise (Jica). Le directeur général du PAA Hien Yacouba Sié avait annoncé vouloir faire du port autonome d’Abidjan (Côte d’Ivoire) "le premier port africain entre Tanger et Durban".

Leader en Afrique de l’Ouest, le Port autonome d’Abidjan voit transiter 90% des échanges extérieurs de la Côte d’Ivoire, sans compter son rôle de hub pour les pays enclavés de l’hinterland (Burkina Faso, Mali, Niger).

Myrtille Delamarche

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS