Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'explosion d'une usine d'engrais, peu probable en France depuis AZF

Astrid Gouzik ,

Publié le , mis à jour le 22/04/2013 À 09H24

L’usine d’engrais de Waco (Etats-Unis) a explosé, le jeudi 18 avril, faisant une dizaine de morts. Un tel accident pourrait-il arriver en France ? Douze ans après l’explosion de l’usine française AZF, les réglementations ont évolué, explique Xavier Touffu, chef de Service HSE chez Bureau Veritas.

L'explosion d'une usine d'engrais, peu probable en France depuis AZF © Andy Barter/AP/SIPA

Le jeudi 18 avril, les habitants de la ville de West sont sous le choc après l’impressionnante explosion d’une usine d’engrais. Si l'origine de l'explosion n'est pas encore déterminée, tout laisse à penser que l'inflammation de l'ammoniac, un composé chimique entrant dans la composition des engrais, pourrait être en cause. Des éléments de contexte qui rappellent l’explosion de l’usine française d’AZF en 2001. L'activité principale de l'usine était la synthèse d'ammoniac, d'urée et de nitrates à partir de gaz naturel, pour produire des engrais azotés. Même s'il est encore un peu tôt pour comparer les deux événements, nous confie Xavier Touffu, chef de service HSE (Hygiène sécurité environnement) chez Bureau Veritas.

En France, la réglementation s’est quelque peu durcie depuis l’accident toulousain. En 2003, la loi Bachelot modifie la réglementation existante et instaure le plan de prévention des risques technologiques (PPRT). Il permet de résoudre les situations délicates en matière d'urbanisme héritées du passé, notamment pour les usines englobées dans le tissu urbain. Le PPRT concerne les établissements Seveso "hauts risques".

Le risque ne peut être réduit à zéro

La principale différence entre la France et les Etats-Unis tient donc à ce PPRT. "En France, il y aurait eu des contraintes sur les bâtiments riverains aux sites à risque", souligne Xavier Touffu. En fonction des aléas, les habitations proches de l’usine sont donc renforcées. "Une partie est prise à la charge de l’industrie, une autre par la collectivité, et enfin une part doit être payée par l’habitant", détaille-t-il. Outre ces contraintes d’urbanisme, il existe également des contraintes d’inspection "de l’ordre de plusieurs par an" pour les sites classés Seveso. Ces nouvelles dispositions permettent de réduire la probabilité et la gravité des risques, selon Xavier Touffu, mais il est impossible de les réduire à néant.

L’usine de Waco avait, elle, été contrôlée pour la dernière fois en 2006. A ce moment-là, un riverain s’était inquiété des émanations d’ammoniaque de l’usine d’engrais. Informée, la Commission de protection de l’environnement de l’Etat du Texas était alors venue contrôler l’usine en décembre de la même année. Suite à l’enquête menée, la commission avait déclaré l’usine conforme et maintenu l'autorisation de production de fertilisants et de stockage des produits chimiques à Adair Grain Inc.

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/04/2013 - 15h21 -

Rien ne permet de dire qu’une explosion d’une usine d’engrais est peu probable depuis AZF. Pourquoi ? Tout simplement parce que la vérité sur l’explosion d’AZF n’a pas encore été révélée et ce n’est pas le jugement en appel et les insuffisances de l’accusation qui peuvent nous convaincre. Le retour d’expérience n’a donc pas pu avoir lieu. L’explosion de Toulouse est d’autre part très particulière et non élucidée. L’instauration des PPRT permettrait peut-être une moindre répercussion sur l’environnement urbain mais pas sur la probabilité d’occurrence d’une explosion. Tant que nous ne saurons pas la vérité sur l’explosion de Toulouse, surtout si celle-ci est la conséquence d’un phénomène extérieur précurseur, ce qui reste à démontrer, nous ne pourrons pas affirmer que les risques d’explosions dans une usine d’engrais sont moindres qu’avant AZF.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle