Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L'explosion à l’usine Saipol de Dieppe fait deux morts, le ministre de l'Agriculture s'est rendu sur place

, , ,

Publié le , mis à jour le 18/02/2018 À 18H52

Une explosion a causé la mort de deux techniciens d’un sous-traitant qui intervenait pour réparer une panne dans un atelier de l’usine Saipol (groupe Avril) à Dieppe (Seine-Maritime) le 17 février. Le site a reçu dimanche 18 février la visite de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et de Jean-Philippe Puig, le directeur général du groupe Avril.

L'explosion à l’usine Saipol de Dieppe fait deux morts, le ministre de l'Agriculture s'est rendu sur place
Le DG et le directeur du site (veste jaune) devant le bâtiment dévasté
© Claire Garnier

En attendant que l’enquête judiciaire "fasse la lumière sur les causes de l’accident", Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation s’est rendu dimanche à Dieppe (Seine-Maritime) pour saluer les familles endeuillées et les salariés de l’usine, féliciter les pompiers un à un et rencontrer les dirigeants de l’entreprise. Stéphane Travert a tenu à préciser que l’accident n’avait provoqué "aucune pollution atmosphérique ni des eaux à ce stade".

Deux techniciens sont décédés samedi 17 février après une explosion qui s’est produite dans cette usine du groupe Avril (Saipol, 40 salariés) qui transforme les graines de colza en huile végétale brute et en tourteaux pour le bétail. Ils travaillaient pour le compte d’une entreprise sous-traitante, la SNAD. L’explosion, suivie d’un incendie qui a endommagé l’ensemble de l’usine, a eu lieu dans l’atelier dit "d’extraction" où avait lieu une opération de vidange. La SNAD intervenait à la suite d’une panne survenue vendredi 16 février dans cet atelier. "Il s’agissait d’une intervention standard qui avait commencé vendredi à la suite d’une panne dans l’atelier d’extraction. Cette société a l’habitude de travailler avec nous", a confié Jean-Philippe Puig directeur général du groupe Avril, présent sur le site dimanche 18 février.

L’extraction est liée à la deuxième étape du process (la première étant l’écrasement de la graine qui donne de l’huile et du tourteau) qui consiste à extraire l’huile du résidu solide contenant encore de l’huile à l’aide d’un solvant, l’hexane. "Nous voulons d’abord être auprès des victimes, de leurs familles et de notre personnel que je vais rencontrer ce lundi (19 février)", a-t-il déclaré alors qu’il était interrogé sur l’enchaînement des faits ayant pu conduire à l’explosion. "Pour le moment, nous ne pouvons pas entrer sur le site", a précisé le dirigeant faisant allusion à la sécurisation du site sous enquête judiciaire. Le directeur de l’usine, visiblement sous le choc, était également présent. "Les salariés ont pris un gros coup sur la tête", a-t-il expliqué au ministre qui l’interrogeait sur sa gestion de l’accident. Le maire de Dieppe Nicolas Langlois (PCF) a pris l’initiative d’organiser dimanche dans la soirée une réunion dans une salle municipale "pour les familles et les habitants du quartier qui souhaitent s’exprimer".

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation et Jean-Philippe Puig, DG d'Avril, sur le site incendié de Saipol à Dieppe le 18 février 2018- Claire Garnier

S’exprimant devant un imposant bâtiment de plusieurs étages très largement dévasté par l’incendie, le ministre n’a pas écarté la question de l’après : "quand les causes de l’accident seront établies, le temps sera venu de travailler sur la suite industrielle". Pour l’heure, la préfète de Normandie a pris un arrêté "notifiant à l'exploitant les mesures d'urgence à prendre suite à cet événement", notamment des mesures de gardiennage, de surveillance et de purge des circuits. Le groupe Avril a indiqué dans un communiqué que "les causes exactes de l’accident restaient pour l’instant indéterminées" et feraient l’objet d’une enquête. Celle-ci a été confiée à la Police nationale sous la conduite des services du Procureur du Tribunal de grande instance de Dieppe. 

De notre correspondante à Dieppe, Claire Garnier

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle