L'ex-président sud-africain Jacob Zuma condamné à 15 mois de prison

JOHANNESBURG (Reuters) - L'ancien président sud-africain Jacob Zuma a été condamné mardi par la Cour constitutionnelle à quinze mois de prison pour outrage à la justice après avoir refusé de comparaître devant une commission anti-corruption en février dernier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma condamné à 15 mois de prison
La juge Sisi Khampepe lors du jugement. L'ancien président sud-africain Jacob Zuma a été condamné mardi par la Cour constitutionnelle à quinze mois de prison pour outrage à la justice après avoir refusé de comparaître devant une commission anti-corruption en février dernier. /Photo prise le 29 juin 2021/REUTERS/Siphiwe Sibeko

Cette commission présidée par le magistrat Raymond Zondo enquête sur des accusations de détournement de fonds publics sous la présidence de Jacob Zuma entre 2009 et 2018. L'ancien chef de l'Etat nie toute malversation et refuse de coopérer.

La Cour constitutionnelle a ordonné à Jacob Zuma de se présenter à la police dans un délai de cinq jours.

Jacob Zuma est soupçonné d'avoir aidé les frères Atul, Ajaty et Rajesh Gupta, trois hommes d'affaires amis de l'ancien président, à s'enrichir frauduleusement aux dépens de l'Etat.

Les frères Gupta, qui démentent également ces accusations, ont quitté l'Afrique du Sud quand Jacob Zuma a été chassé du pouvoir en 2018 par des alliés de son successeur, l'actuel président Cyril Ramaphosa.

Ce dernier s'est engagé à lutter contre la corruption afin de restaurer la confiance des investisseurs dans l'économie sud-africaine mais il continue de se heurter à une partie du Congrès national africain (ANC) toujours fidèle à Jacob Zuma.

(Reportage Alexander Winning; version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Sophie Louet)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS