Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Europe termine en ordre dispersé, HSBC a pesé sur la tendance

Publié le

par Laetitia Volga

L'Europe termine en ordre dispersé, HSBC a pesé sur la tendance
Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,16%. Le Footsie britannique a perdu 0,56% avec la hausse de la livre sterling mais le Dax allemand a grappillé 0,09%. /Photo d'archives/REUTERS/Johannes Eisele
© Johannes Eisele

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, à l'exception du Dax, le repli du secteur bancaire dans le sillage des mauvais résultats de la britannique HSBC et la reprise d'un nouveau cycle de négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine incitant les investisseurs à la prudence.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,16% à 5.160,52 points. Le Footsie britannique a perdu 0,56% avec la hausse de la livre sterling mais le Dax allemand a grappillé 0,09%.

L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,17%, le FTSEurofirst 300 0,16% et le Stoxx 600 0,22%.

La confirmation par la Maison blanche d'un nouveau cycle de discussions dès ce mardi, avec des négociations à haut niveau prévues à partir de jeudi, n'a pas suffi à soutenir les marchés européens.

Les inquiétudes concernant d'éventuelles surtaxes américaines sur les voitures européens ont par ailleurs suscité de la prudence chez les investisseurs.

Le ministre allemand de l'Economie a averti que les négociations commerciales entre l'Europe et les Etats-Unis allaient entrer dans leur phase la plus difficile et devraient se focaliser sur les biens industriels pour avoir une meilleure chance d'aboutir.

VALEURS

En Bourse, HSBC Holdings, première banque européenne, a perdu 4,01% après avoir prévenu qu'elle pourrait différer certains investissements cette année et publié un bénéfice 2018 inférieur aux attentes en raison d'un ralentissement de sa croissance sur ses deux principaux marchés, la Grande-Bretagne et la Chine.

Dans son sillage, l'indice Stoxx des financières a cédé 0,91%, enregistrant la plus mauvaise performance sectorielle.

Commerzbank a reculé de 1,71% et Deutsche Bank de 2,1% à la Bourse de Francfort.

Ailleurs, le cimentier HeidelbergCement a pris 3,57% après des prévisions annuelles bien accueillies.

Avec un bond de 12,36%, Genfit a signé la plus forte progression du SBF 120 dans le sillage de son concurrent américain Intercept (+6,14% à Wall Street) qui a annoncé le succès clinique d'un traitement de la fibrose du foie provoquée par la NASH.

En baisse, l'action Worldline a perdu 3,13%, Citigroup ayant abaissé sa recommandation à "neutre".

A WALL STREET

A l'heure de la clôture européenne, les marchés actions aux Etats-Unis évoluaient en hausse prudente avec la reprise ce mardi des négociations commerciales: le Dow Jones avançait de 0,15%, le S&P de 0,24% et le Nasdaq Composite de 0,32%.

En Bourse, le géant de la distribution en ligne Walmart prenait 3,88% après l'annonce de ventes trimestrielles supérieures aux attentes aux Etats-Unis à la faveur d'un environnement économique propice aux dépenses de consommation et aux achats en ligne.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les perspectives économiques de l'Allemagne demeurent faibles en dépit d'une légère amélioration du sentiment des investisseurs en février, a observé l'institut ZEW en pointant le ralentissement de la demande extérieure et de la production industrielle.

En Grande-Bretagne, la croissance des salaires est restée à son rythme le plus élevé depuis 10 ans sur la période octobre-décembre et les créations d'emplois sont restées dynamiques, témoignant d'un marché du travail toujours vigoureux à l'approche du Brexit.

"Les données les plus récentes sur le marché du travail britannique restent globalement solides", a déclaré David Cheetham, analyste du courtier en ligne XTB.

CHANGES

Le dollar perd plus de 0,3% face à un panier de devises de référence, dont l'euro qui reprend 0,2% à 1,133 dollar, après être tombé sous 1,13.

De son côté, la livre sterling bondit de 0,84% face au dollar et de 0,72% face à l'euro, encouragée par les bons chiffres du marché du travail en Grande-Bretagne et par l'optimisme que suscite la rencontre mercredi entre la Première ministre Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles sur le dossier du Brexit.

La couronne suédoise perd 0,8% face au dollar, après avoir laissé jusqu'à 1,8%, et plus de 1% contre l'euro à la suite de l'annonce d'un net ralentissement de l'inflation, qui pourrait amener la banque centrale suédoise à renoncer à augmenter ses taux en 2019.

TAUX

Un moindre goût pour les actifs risqués profite au marché obligataire, avec l'échéance du 1er mars qui se rapproche, dans le dossier commercial sino-américain, et la publication mercredi du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

Le rendement des Treasuries à 10 ans perd près de 3 points de base à 2,6447%, un creux d'une semaine.

"Les minutes du FOMC (Federal Open Market Committee) vaudront le coup d'être compulsées, en particulier pour les taux américains. On veut en savoir plus quant aux discussions sur le bilan, pas seulement sur le moment où il sera mis fin à l'allègement du bilan mais aussi quant à d'éventuelles discussions autour de l'évolution de la politique de réinvestissement et de la composition de son portefeuille", a déclaré Jonathan Cohn (Credit Suisse).

En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a fini presque inchangé à 0,10%.

En revanche, les rendements obligataires italiens ont terminé en hausse après l'annonce d'une baisse de 5,3% annuels des commandes à l'industrie en Italie au mois de décembre. Le rendement des emprunts d'Etat italien à 10 ans a fini autour de 2,79% après un pic à 2,837%.

PÉTROLE

Sur le marché pétrolier, les cours évoluent en ordre dispersé: le brut léger américain (WTI) monte au-dessus de 56 dollars tandis que le Brent perd 0,5% sous 66,2 dollars.

(Édité par Wilfrid Exbrayat)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle