L'Europe termine dans le vert, record pour le S&P-500 à Wall Street

par Claude Chendjou

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Europe termine dans le vert, record pour le S&P-500 à Wall Street
Les Bourses européennes ont terminé vendredi dans le vert. Le CAC 40 a terminé sur un gain de 2,07%. Le Footsie a pris 1,3% et le Dax 1,73%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé vendredi dans le vert, confortées par le rebond de Wall Street qui évoluait en territoire positif à la mi-séance à la faveur de la remontée des valeurs de l'énergie et des banques dans un contexte de hausse des rendements obligataires.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 2,07% à 6.529,42 points. Le Footsie britannique a pris 1,3% et le Dax allemand 1,73%.

L'indice EuroStoxx 50 a gagné 1,91%, le FTSEurofirst 300 1,32% et le Stoxx 600 1,34%.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 a néanmoins perdu 0,36% tandis que le Stoxx 600 affiche un gain hebdomadaire de 0,19%.

Sur les marchés actions, un regain d'appétit pour le risque a pris le pas ce vendredi sur les inquiétudes liées au ralentissement de la croissance économique mondiale, à la résurgence des cas de COVID-19 et aux politiques des banques centrales qui ont agité les marchés cette semaine.

Les investisseurs ont été en outre rassurés par le compte rendu de la réunion de juin de la Banque centrale européenne (BCE), qui montre que l'institution s'est accordée sur le maintien d'un niveau élevé de soutien à l'économie malgré des débats en son sein sur l'éventualité d'une réduction des achats d'actifs.

La perspective de la poursuite d'une politique accommodante fait remonter les marchés actions et le rendement des obligations souveraines.

VALEURS

L'un des plus gros mouvements à Paris revient au titre Airbus (+3,43%), qui a enregistré une hausse de 52% de ses livraisons d'appareils au premier semestre..

A Francfort, BASF a fini sur un gain de 3,45%% à la faveur du relèvement des objectifs annuels de chiffre d'affaires et de bénéfice.

A Londres, Vectura, un groupe pharmaceutique spécialisé dans les inhalateurs, a grimpé de 14% après l'annonce de son rachat par le fabricant de cigarettes Philip Morris pour 1,05 milliard de livres (1,2 milliard d'euros) qui cherche à développer sa gamme de produits sans tabac ni nicotine.

Ailleurs en Europe, Volkswagen a signé l'une des meilleures performances du Stoxx 600. Les compagnies aériennes Ryanair, IAG et easyJet ont pris pour leur part entre 0,47% et près de 2%, le ministre britannique des Transports ayant annoncé une possible levée de la quarantaine imposée aux touristes étrangers complètement vaccinés.

La plupart des secteurs européens ont fini en hausse, avec notamment un gain de 4% pour les ressources de base, de 2,4% pour le secteur bancaire et de 3,4% pour l'automobile.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, l'indice Dow Jones et le Standard & Poor's 500, qui a signé un pic historique, prenaient respectivement 1,25% et 0,9%, soutenus par les valeurs du secteur de l'énergie et des banques. Le Nasdaq, porté par les valeurs technologiques, prenait 0,81%.

Alors que la saison des résultats d'entreprises va réellement démarrer la semaine prochaine avec les banques, les analystes s'attendent à une croissance des bénéfices de 65,4% pour les entreprises de l'indice S&P-500 au cours du trimestre, contre une précédente prévision de 54%, selon les données IBES de Refinitiv.

CHANGES

L'indice mesurant les fluctuations du dollar face à un panier de devises de référence a reculé logiquement, de 0,17% en réaction au regain d'appétit pour le risque.

L'euro pour sa part est remonté légèrement, à 1,186 dollar.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans s'affiche à 1,3494%, au lendemain d'un plus bas depuis près de cinq mois à 1,25%.

Le rendement du Bund allemand à dix ans, référence sur le marché européen, a fini en hausse, autour de 0,292%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole montent en profitant de l'annonce par l'EIA d'une nette diminution des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière mais ils se dirigeaient vers une perte sur la semaine face aux incertitudes sur la production après l'échec des discussions de l'Opep+.

Le Brent gagne 1,89% à 75,52 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,61% à 74,55 dollars.

(Rédigé par Claude Chendjou, avec Abhinav Ramnarayan, Swati Pandey et Sujata Rao, édité par Laetitia Volga)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS