International

L'Europe signe avec Pfizer et BioNTech pour 300 millions de doses de leur vaccin contre le Covid-19

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/11/2020 À 07H37

Les négociations entre l'Europe, Pfizer et BioNTech ont abouti. L'exécutif européen a annoncé le 11 novembre avoir commandé 300 millions de doses du vaccin expérimental prometteur développé par les deux groupes pharmaceutiques.

L'Europe signe avec Pfizer et BioNTech pour 300 millions de doses de leur vaccin contre le Covid-19
Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé lundi 9 novembre que leur candidat vaccin était efficace à plus de 90 % sur la base des premières données d'un essai clinique à grande échelle. /Photo prise le 10 novembre 2020/REUTERS/Dado Ruvic
© DADO RUVIC

Sommaire du dossier

La Commission européenne et les groupes pharmaceutiques Pfizer et BioNTech ont annoncé mercredi 11 novembre avoir conclu un accord pour la livraison de 200 millions de doses de leur vaccin expérimental contre le Covid-19. Le contrat est assorti d'une option sur 100 millions de doses supplémentaires. Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé lundi 9 novembre que leur candidat vaccin était efficace à plus de 90 % sur la base des premières données d'un essai clinique à grande échelle.

Un vaccin à prix réduit pour l'Europe ?

Selon les termes de l'accord, les Vingt-Sept devraient payer moins de 19,50 dollars (16,60 euros) par dose de vaccin, a déclaré un officiel européen à Reuters sous couvert d'anonymat. C'est moins que le prix compris dans l'accord conclu par les deux compagnies avec les États-Unis, qui devraient payer 19,50 dollars par dose pour la livraison de 100 millions de doses de vaccin.

Cette différence de prix s'explique notamment par le soutien apporté par l'Union européenne, et l'Allemagne notamment, pour le développement du vaccin. Mais l'accord signé par les États-Unis inclut cependant la possibilité d'acheter 500 millions de doses de vaccin supplémentaires sous des conditions restant à négocier et pour lequel le prix à payer ne semble pas établi.

De son côté, BioNTech a indiqué qu'il prévoyait de commercialiser les deux doses nécessaires du vaccin à un prix inférieur à celui habituellement pratiqué sur le marché. Le prix serait également adapté en fonctions des pays et des régions du monde. Ryan Richardson, directeur de la stratégie chez BioNTech, a déclaré lors d'un événement en ligne organisé par le Financial Times que le prix du vaccin, quoi doit encore obtenir toutes les autorisations réglementaires, reflèterait les risques financiers pris par ses investisseurs privés. "Nous prévoyons [...] de fixer le prix de notre vaccin bien en dessous des prix habituels du marché afin de refléter la situation dans laquelle nous nous trouvons, et dans le but d'assurer une large distribution mondiale", a-t-il dit.

Une production en Allemagne et en Belgique

"Les livraisons devraient débuter d'ici la fin de l'année en fonction du succès clinique et des autorisations des autorités de régulation", indiquent les deux groupes pharmaceutiques dans un communiqué annonçant l'accord avec l'Europe. Les vaccins destinés à l'Europe seront produits dans les sites allemands de BioNTech ainsi que dans le site de Pfizer en Belgique.

"Si le candidat vaccin BNT162b2 reçoit l'autorisation de l'Agence européenne des médicaments, la Commission européenne dirigera le processus de répartition des doses vaccinales parmi les États membres de l'UE qui ont été retenus pour recevoir le vaccin dans le cadre de cet accord", ajoutent Pfizer et BioNTech.

D'autres discussions en cours avec les laboratoires

La Commission européenne était entrée le 9 septembre dernier dans la dernière phase de ses discussions avec BioNTech et Pfizer afin de leur acheter jusqu'à 300 millions de doses. "Demain [mercredi 11 novembre], nous autoriserons un contrat pour un maximum de 300 millions de doses du vaccin développé par la société allemande BioNTech et Pfizer", a déclaré mardi 10 novembre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

L'Union européenne a déjà signé des accords de ce type avec AstraZeneca, Sanofi et Johnson & Johnson, qui travaillent aussi sur des vaccins expérimentaux. L'exécutif européen discute parallèlement avec Moderna, CureVac et Novavax pour s'assurer de recevoir des doses de leurs candidats vaccins s'ils s'avèrent efficaces et sûrs.

Avec Reuters (Francesco Guarascio avec Camille Raynaud ; Édité par Henri-Pierre André)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte