Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L'Europe prône un encadrement strict de l'exploitation des gaz de schiste

, ,

Publié le

Si pour les députés européens les gaz de schiste représentent des "ressources énergétiques considérables", dont le potentiel devrait être évalué, ils appellent les Etats à la prudence. A leurs yeux, la technique de la fracturation hydraulique devrait être interdite dans des zones sensibles à la pollution.

L'Europe prône un encadrement strict de l'exploitation des gaz de schiste © D. R.

Le débat sur l'exploitation des gaz de schiste rebondit à Strasbourg. Deux rapports non contraignants ont été adoptés ce mercredi 21 novembre par le Parlement européen.

Pour les députés européens, les gaz de schiste représentent des "ressources énergétiques considérables", dont le potentiel devrait être évalué. Cependant, ils déconseillent toute "ruée sur le schiste", rappelant que l'exploitation des gisements comporte des risques, notamment en matière de pollution de l'eau et de l'atmosphère.

La technique de la fracturation hydaulique - qui consiste à injecter un fluide sous pression dans le sol pour en extraire le gaz prisonnier - devrait être "strictement interdite" dans "certaines zones sensibles et vulnérables comme par exemple dans et sous les zones désignées de protection d'eau potable", ont souligné les députés. Ils ont toutefois rejeté un amendement déposé par le Parti vert européen qui réclamait l'interdiction générale de cette technique.

Le commissaire chargé de l'Environnement a de son côté assuré aux députés que la Commission allait "clarifier" son cadre réglementaire et évaluer "comment prévenir les risques". Il a ajouté que le développement de cette source d'énergie dépendra également de la tolérance de l'opinion publique à cette technique controversée.

Les Etats européens n'adoptent d'ailleurs pas tous la même attitude. Si, en France et en Bulgarie, la fracturation hydraulique a été interdite en raison des risques de pollution des nappes phréatiques, cette technique est en revanche utilisée en Pologne, qui a annoncé des investissements massifs dans ce secteur.

Le premier ministre polonais, Donald Tusk, a d'ailleurs fait le point ce mercredi sur les différents projets en cours et à venir. Le pays d'Europe de l'Est, qui cherche à assurer son indépendance énergétique, investira cinq milliards d'euros dans les prochaines années dans l'exploration de nouveaux gisements, dont les réserves pourraient atteindre 1 920 milliards de mètres cubes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle