Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’Europe mutualise sa lutte contre la cybercriminalité

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Les pirates informatiques et cybercriminels visant l’Europe seront tenus à l’œil par le nouveau Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3). Ce centre, créé sous l’impulsion de la France, est inauguré officiellement ce vendredi 11 janvier 2013.

L’Europe mutualise sa lutte contre la cybercriminalité © Brnzwngs - Flickr - C.C.

A une menace globale, une réponse à l’échelle européenne. C’est dans cet esprit qu’est né le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3). Son inauguration officielle ce vendredi 11 janvier 2012 en présence de Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures, marque une avancée décisive dans la stratégie de l’Union européenne en matière de cybersécurité.

"Internet est par définition global, tout comme le cybercrime qu’il véhicule, explique à L’Usine Nouvelle Christian Aghroum, administrateur du Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE) et l’un des initiateurs de ce projet depuis 2008. On ne peut plus se contenter de traiter le problème à l’échelle nationale. L’existence de ce centre va rendre la lutte contre le cybercrime plus efficace. Elle marque une prise de conscience des enjeux de la cybersécurité par les instances européennes."

4,6 millions d’euros et 40 experts

L’EC3 ne part pas de zéro. Des cellules de coordination des politiques des Etats membres et de partage d’expériences existaient déjà au sein de l’Office européen de police (Europol). D’ailleurs le nouveau centre est hébergé par Europol, à La Haye, aux Pays-Bas. "Avec sa création, l’Europe se dote pour la première fois d’une structure permanente dédié à ce problème", se félicite Christian Aghroum. Pour son lancement, l’EC3 dispose d’un budget annuel de 4,6 millions d’euros et d’une équipe de 40 experts. Il est dirigé par Troels Oerting, l'actuel DGA d'Europol.

Avec le développement des usages sur Internet,  la cybersécurité devient un enjeu majeur en Europe, l’une des zones les plus connectées sur le Web au monde et la région où les transactions par cartes bancaires sont les plus nombreuses dans la planète. Or, selon Grzegorz Mazurkiewicz, expert au sein d’EC3, les seules fraudes aux cartes bancaires coûtent chaque année 1,5 milliard d’euros en Europe. Les menaces sont multiformes (espionnage, vol d’information, escroqueries financières, usurpation d’identité, etc.) et touchent aussi bien les particuliers que les entreprises et les Etats.

Cartographier les cyberattaques

"Aujourd’hui, la lutte contre la cybercriminalité est inégale en Europe, selon les moyens des Etats membres, estime Christian Aghroum. Avec l’EC3, elle met à niveau tout le monde en bénéficiant aux petits pays."

Le nouveau centre s’est donné la mission de cartographier et de suivre les sources de cyberattaques à l’extérieur de l’UE qui menacent plusieurs pays européens. Sa mission est aussi d’apporter aux polices nationales conseil, assistance technique et information. Il se donne comme objectif de concentrer ses activités contre la fraude bancaire, les escroqueries financières en ligne, la pédopornographie, les cyberattaques contre les infrastructures d’intérêt vital et le piratage des systèmes d’information de l’UE.

 

Ridha Loukil

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle