Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Europe finit une séance terne dans le désordre

Publié le

par Patrick Vignal

L'Europe finit une séance terne dans le désordre
Les Bourses européennes ont terminé lundi en ordre dispersé. À Paris, le CAC 40 a cédé 0,38%. Le Dax allemand a perdu 0,04% et le Footsie britannique a pris 0,2%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski
© Ralph Orlowski

Les entreprises citées

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé lundi en ordre dispersé et avec des variations modestes une journée sans grand relief, un environnement de marché guère réjouissant étouffant le maigre espoir allumé vendredi par l'annonce de créations d'emploi aux Etats-Unis supérieures aux attentes.

À Paris, le CAC 40 a cédé 0,38% à 5.000,19 points. Le Dax allemand a perdu 0,04% et le Footsie britannique a pris 0,2%.

L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,19%, le FTSEurofirst 300 a grappillé 0,04% et le Stoxx 600 a gagné 0,06%.

"Il n'y a eu aucun changement du climat macroéconomique, ce qui a encouragé les investisseurs à prendre leurs bénéfices", explique l'analyste David Madden (CMC Markets). "Les tensions commerciales USA-Chine, la récession italienne et les incertitudes autour du Brexit continuent à barrer l'horizon, la volatilité a été faible et il y a peu de nouvelles soulevant l'enthousiasme".

VALEURS

La plus forte baisse sectorielle en Europe est pour le secteur de l'automobile (-1,34%), de nouveau pénalisé par les inquiétudes persistantes liées à la croissance en Chine.

Valeo a perdu 2,73% et Renault a cédé 2,07%.

Les banques ont souffert aussi, notamment les établissements espagnols Banco de Sabadell (-4,80%) et Caixabank (-4,54%), toujours sanctionnés pour leurs résultats décevants publiés vendredi.

Dans le même secteur, la banque privée Julius Baer a abandonné pour sa part 4,42% après l'annonce d'un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes.

A Paris, Société générale a perdu 2,78%, la plus forte baisse du CAC. Quant à l'indice Stoxx des banques, il a perdu 0,63%.

A la baisse encore, Ryanair a reculé de 1,89% après l'annonce d'une perte de 20 millions d'euros sur le trimestre octobre-décembre, conséquence d'une baisse des prix que la compagnie aérienne s'attend à voir durer.

A l'opposé, WireCard a rebondi de 13,73%, de loin la plus forte hausse du Stoxx 600. Le spécialiste allemand des technologies de paiement a de nouveau réfuté les informations du Financial Times sur des soupçons de malversations liées à sa filiale à Singapour.

À WALL STREET

A l'heure de la clôture en Europe, le Dow Jones et le S&P-500 varient peu mais le Nasdaq progresse de 0,8%, porté par les valeurs technologiques, à commencer par Alphabet, qui prend 1,34%. La maison mère de Google doit publier ses résultats trimestriels après la clôture de Wall Street.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les indices de Wall Street ont peu réagi à l'annonce d'une baisse inattendue des commandes à l'industrie américaine en novembre.

Si l'économie américaine reste robuste, comme en atteste le rapport sur l'emploi en janvier, l'inquiétude est plus grande dans la zone euro, où le moral des investisseurs est tombé à son plus bas niveau depuis plus de quatre ans, selon l'enquête mensuelle de l'institut Sentix publiée lundi.

TAUX

Sur le front de la dette souveraine, le rendement des Treasuries à 10 a repassé 2,7% et le deux ans se rapproche de 2,53%, portés par des anticipations d'adjudications sur plusieurs maturités dans les jours à venir.

Le dix ans allemand, référence de la zone euro, a gagné un peu de terrain, autour de 0,18%, tandis que les rendements italiens ont touché des plus hauts de trois semaines en raison des craintes entourant l'entrée en récession du pays fin 2018.

CHANGES

Le billet vert reste globalement bien orienté face aux autres grandes devises: l'"indice dollar", qui mesure ses fluctuations contre un panier de référence, progresse de 0,3% environ, amplifiant ainsi ses gains de vendredi après les chiffres de l'emploi américain.

L'euro recule un peu, autour de 1,143 dollar, peu aidé par les craintes entourant l'économie italienne et la faiblesse de l'indice Sentix.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont repartis à la baisse, rattrapés par les craintes pour l'économie mondiale après une forte hausse favorisée par la baisse de la production de l'Opep en janvier et la perspective de voir de nouvelles sanctions américaines visant le Venezuela exercer une pression supplémentaire sur l'offre globale.

À SUIVRE MARDI

La journée de mardi sera rythmée par la publication des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achat (PMI) sur l'activité des services dans les économies de la zone euro et par une série de résultats de sociétés, dont ceux de BP et de Walt Disney.

Les marchés chinois resteront fermés toute la semaine pour cause de nouvel an lunaire.

(Édité par Blandine Hénault)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle