Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

L'Europe face à la plus petite récolte de pommes des dix dernières années

Franck Stassi , ,

Publié le

Conséquence du gel printanier, la récolte européenne de pommes chuterait de 21% en 2017. La France s'en sort moins mal, à -8%. Les industriels doivent s’organiser pour sécuriser leurs approvisionnements.

L'Europe face à la plus petite récolte de pommes des dix dernières années © ANPP

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Ca ne roule pas rond pour la pomme. La récolte européenne, estimée à 9 343 000 tonnes, baisserait de 23% par rapport à la moyenne des trois dernières années. Il s’agirait de la quatrième campagne consécutive de baisse.

La France ne fait pas exception à la règle, dans des proportions moins fortes, avec un recul des tonnages de 8% par rapport à 2016 et de 10% par rapport à la moyenne 2014-2016. Plusieurs nuits de gel, du 20 au 28 avril, ont affecté une partie des vergers, sur une végétation en avance. Les régions Provence, Languedoc, Midi-Pyrénées et Aquitaine ont subi "peu ou pas de dégâts", lesquels ont été "modérés à moyens" en Limousin et en Val de Loire, et "plus accentués" en Rhône-Alpes ainsi que dans les Alpes, le Nord, le Nord-Est et le Nord-Ouest de la France, souligne le directeur de l’Association nationale pommes-poires (ANPP), Josselin Saint-Raymond. Les conditions de culture, "plutôt bonnes", ont été favorables au taux de sucre et à la coloration.

Il n’y aura toutefois "pas de pénurie de pommes sur le marché français", rassure le représentant des producteurs. "Tout l’enjeu va résider dans la gestion du marché. Nous approvisionnerons en priorité le marché le marché français, mais nous n’honorons pas toutes nos commandes à l’export. Nous attendons la nouvelle récolte de l’hémisphère sud (Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Argentine, Brésil) en mars prochain pour combler d’éventuels manques", poursuit Josselin Saint-Raymond. En France, une pomme sur deux produite à destination du marché frais est d'ordinaire exportée. En moyenne, environ 600 000 tonnes sont exportées et 800 000 tonnes vendues en France, dont 300 000 tonnes à destination de l’industrie.

Tensions sur la Golden

Les industriels doivent donc sécuriser leurs approvisionnements sur la durée de la campagne. Privilégiée par les fabricants de compotes, la variété Golden devrait notamment voir ses tonnages reculer de 22% par rapport à la moyenne des trois dernières années en Europe. Cette baisse est de 38% en Italie, qui en le premier producteur européen, et de 13% en France, deuxième producteur européen de pommes Golden. Toutes variétés confondues, en Europe, le tonnage de pommes destinées à l’industrie est estimé à 3 102 000 tonnes en 2017, en baisse de 12,3% sur un an.

Geler les pommes pour les protéger... du gel!

Face à la forte variabilité des aléas climatiques, comme de nombreux professionnels de l’agriculture, les producteurs de pommes militent pour un accès plus facile à l’eau. "Contre la grêle, on utilise des filets près la floraison. Ce dispositif est assez bien développé. Contre la sécheresse, on irrigue, avec la capacité d’accès à l’eau qui est déterminante. Contre le gel, la meilleure technique est la protection par aspersion : lorsqu’il y a des températures négatives, tant que l’on asperge le verger avec de l’eau de la glace se forme autour à la surface du végétal à une température constante de zéro degré. De ce fait, tout ce qui est sous la glace demeure à la température constante de zéro degré, même si les températures extérieures sont plus basses. C’est la technique de protection la plus efficace ", explique Josselin Saint-Raymond.

A la rentrée, l’Association nationale pommes-poires s’attachera par ailleurs à promouvoir les vergers "éco-responsables" pour tenter de relancer la consommation, avec pour argument la protection de l’environnement. Le défi est de taille, selon son directeur : "la pomme est un produit qui a une tendance de consommation à la baisse en France, avec une baisse assez forte de 7% en volume entre 2015 et 2016. Sur une tendance dix ans, on a une baisse de consommation de l’ordre de 10% à 11%. On a de vrais défis à relever en termes de consommation de pommes, et plus généralement de fruits et légumes".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle