Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L'Europe et le Japon montent dans une fusée… réutilisable

Hassan Meddah , ,

Publié le

La France, l'Allemagne et le Japon mènent des études en commun en vue de développer un démonstrateur de lanceur réutilisable à l'horizon 2020. L’agence japonaise apporte son savoir-faire en matière de moteur cryogénique réutilisable, l’Europe sa base de lancement en Guyane.

L'Europe et le Japon montent dans une fusée… réutilisable
Base spatiale de Kourou
© Alexander Stirn CC Flickr

Et si le réutilisable était finalement la bonne voie ? Les tirs successifs réussis de SpaceX avec la récupération du premier étage de sa fusée Falcon9 font réfléchir toute la planète spatiale. Même l'Europe qui pour l'instant préfère développer Ariane 6 dans une version non réutilisable et miser sur des moteurs de nouvelle génération 10 fois moins cher à travers le programme Prometheus. Conscient qu'on ne pouvait pas faire l'impasse sur une telle option, le Centre national d'études spatiales (Cnes) a décidé tout de même de s'y intéresser.

Le Cnes a rendu public la collaboration qu'il avait nouée en novembre dernier avec l'agence spatiale japonaise JAXA dans le domaine des lanceurs réutilisables. L'agence allemande DLR est également associée à cette coopération. D'ici la fin de l'année, en fonction des résultats de ces études, la coopération pourrait aboutir à la réalisation dès 2020 d'un démonstrateur. Baptisé Callisto, ce petit véhicule spatial réutilisable de 10 mètres de hauteur pour un mètre de diamètre serait capable de monter à 100 kilomètres d’altitude et de revenir sur Terre. "Il faut se préparer à tous les scénarios. On ne peut pas faire l'impasse sur les technologies réutilisables même si on n'est pas certain de leur efficacité économique. Aujourd'hui, nous manquons d'expérience dans ce domaine. Réussir le retour d'un premier étage n'est pas trivial. Il faut maîtriser certaines technologies clés", explique Jean-Marc Astorg le directeur de l'activité des lanceurs du Cnes.

Etudes communes

Les technologies à mettre en oeuvre sont nombreuses: le réallumage des moteurs contre les flux aérothermiques, la modulation de la poussée tout le long du retour, le contrôle de la consommation d'ergol, la maîtrise de la trajectoire à haute vitesse (Mach 6) afin d'éviter l'endommagement du véhicule... Aujourd'hui, les moyens mobilisés restent toutefois assez modestes : environ une dizaine d'experts par agence. Mais en cas de poursuite, le programme pourrait nécessiter un financement d'une centaine de millions d'euros.

Les deux agences japonaise et française, de taille comparable, ont l'avantage de bien se connaître, menant déjà des études communes notamment dans les domaines de la cavitation (phénomène susceptible d'endommager les pompes d'un lanceur) et des effets acoustiques survenant au moment des lancements. Dans le cadre de la coopération Callisto, le Japon dispose d'un moteur cryogénique prévu pour la récupération. La France mettra à disposition le Centre spatial guyanais à Kourou pour les lancements expérimentaux.

L'accord ne concerne pas pour l'instant l'agence spatiale européenne car les partenaires ont trouvé qu'un cadre multilatéral était plus propice pour avancer plus rapidement. L'objectif reste de rallier d'autres pays au projet et notamment l'Italie.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle