Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Europe enquête sur Google for Jobs pour abus de position dominante

, ,

Publié le , mis à jour le 28/08/2019 À 06H44

Google a-t-il mis en place des pratiques anticoncurrentielles pour favoriser son agrégateur d'offres d'emplois ? La Commission européenne a annoncé une enquête sur le sujet le 27 août.

L'Europe enquête sur Google for Jobs pour abus de position dominante
Google for Jobs, un agrégateur d'offres d'emplois lancé en 2017, a déjà suscité de nombreuses plaintes pour pratiques anticoncurrentielles.
© Flickr - C.C. - frankieleon

La Commission européenne cherche à déterminer si Google, la filiale d'Alphabet, n'a pas accordé injustement un traitement de faveur à son propre service de recherche d'emplois au détriment de la concurrence, a déclaré mardi 27 août la commissaire européenne Margrethe Vestager. Google for Jobs, un agrégateur d'offres d'emplois lancé en 2017, a déjà suscité de nombreuses plaintes pour pratiques anticoncurrentielles.

Google déjà amendé à hauteur de 8,25 milliards d'euros

L'exécutif européen, qui a déjà infligé une amende totale de 8,25 milliards d'euros à Google dans trois dossiers distincts, s'inquiète d'un nouveau cas d'abus.

Vingt-trois plates-formes de recherche d'emploi ont invité en août la Commission européenne à exhorter le groupe américain à mettre fin à ces pratiques pendant qu'elle mène une enquête. Stepstone, un important site d'offres d'emplois en Allemagne et propriété de l'éditeur Axel Springer, a aussi accusé en juin Google d'abus de position.

Réguler l'activité des géants de la technologie

"Nous cherchons actuellement à déterminer si la même chose peut s'être produite dans d'autres pans de l'activité de Google, comme celui de la recherche d'emploi connu sous le nom de Google for Jobs", a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager lors d'une conférence à Berlin. La Commission prendra des mesures pour réguler l'activité des géants de la technologie en cas d'abus, a-t-elle promis.

"Un problème plus large pour nos sociétés se pose également, à savoir si nous pensons qu'il est normal que des sociétés comme Google et d'autres aient un tel contrôle sur le succès ou l'échec d'autres entreprises et que ces sociétés soient libres de faire usage de leur puissance comme bon leur semble", a-t-elle ajouté.

En début de séance à Wall Street, le titre Google avançait de 0,76%, faisant un peu mieux que l'indice S&P 500 (+0,54%).

Avec Reuters (Foo Yun Chee; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle