L'Europe doit relancer la technologie de l'UMTS

Une meilleure coordination européenne est nécessaire pour assurer le développement des réseaux mobiles du futur.

Partager

L'Europe peut réussir la troisième génération du téléphone mobile. Mais, pour cela, elle doit prendre de nouvelles initiatives. L'UMTS est une opportunité exceptionnelle d'investissement en Europe. Cette technologie nouvelle doit remplacer à terme le mobile actuel de deuxième génération, en permettant d'accéder à Internet et d'échanger sons et images numériques à partir d'un terminal mobile. Les gouvernements européens se sont engagés sans règle commune et sans étude préalable dans l'attribution des fréquences. Les conséquences fâcheuses ont été l'augmentation considérable du risque associé aux projets, une hausse du coût de l'endettement et une baisse de la valeur des opérateurs et des équipementiers. Aujourd'hui, le véritable enjeu est de savoir si une diffusion de masse de l'UMTS peut être espérée prochainement. Du point de vue économique, une condition essentielle est une forte baisse du prix des terminaux. Or ce prix est évidemment lié à la taille du marché. La réussite est donc conditionnée par la capacité à enclencher, à l'échelle du continent européen, un cercle vertueux entre la baisse des prix et la diffusion de masse des équipements et des services.
" Nous proposons la création d'un Fonds européen "
La France est revenue à une redevance proportionnelle aux résultats financiers (et, en définitive, très modeste). Mais d'autres pays européens, parmi les plus importants, n'ont pas encore pris conscience de l'obstacle que constitue un prélèvement financier fixe, au titre des licences, non seulement pour le développement de leur marché mais aussi pour le développement du marché européen dans son ensemble. Pour relancer l'UMTS, nous proposons la création d'un Fonds européen pour le développement des nouveaux services de télécommunications. Ce fonds permettrait de financer les investissements en recherche technologique, en innovation et en développement de services nouveaux. Il serait alimenté par le versement d'une partie des prélèvements fiscaux déjà réalisés par les Etats au titre des licences UMTS. Il conviendrait aussi de lever l'interdiction de revendre les licences d'exploitation en cas de difficulté, cela afin de rendre plus facile la recomposition des secteurs. Enfin, une meilleure coordination européenne est nécessaire à l'avenir pour assurer un développement harmonieux du marché et une plus grande efficacité du secteur. Le rôle des autorités nationales de régulation devrait naturellement rester fondamental pour la gestion des questions locales, mais une autorité de coordination et de régulation communautaire des télécommunications devrait unifier les règles de base du secteur.

Michel Didier et Jean-Hervé Lorenzi

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS