L’Europe demande au groupe Mondelez de céder l’usine de Lavérune et la marque de café Carte Noire

Mardi 5 mai, la Commission européenne a approuvé la fusion de DEMB et Mondelez. Pour éviter une position dominante dans le café en France, Bruxelles a demandé au groupe Mondelez de céder l’usine de Lavérune (Hérault) et la marque de café Carte Noire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Europe demande au groupe Mondelez de céder l’usine de Lavérune et la marque de café Carte Noire

Les géants DEMB (L’Or, Maison du Café) et Mondelez (Carte Noire, Jacques Vabre, café Grand’Mère) avaient annoncé en mai 2014 leur volonté de fusionner pour créer un groupe important dans le café, prêt à concurrencer Nestlé. Pour éviter toute position dominante, le nouveau groupe, baptisé JED (Jacobs Douwe Egberts), avait proposé de se séparer de l’Or et Grand’Mère, mais la Commission européenne a jugé mardi 5 mai que cela ne serait pas suffisant et leur demande de céder la marque Carte Noire et son usine de Lavérune, près de Montpellier (Hérault).

Sans cette cession, JED détiendrait 70 % des parts de marché en France, principal marché européen du café. Le groupe a neuf mois pour vendre Carte Noire. L'italien Lavazza, qui s’était déjà positionné pour ce rachat, a maintenant un droit de regard exclusif pendant un mois pour finaliser ou non le rachat.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Inquiétude des syndicats

L’usine de Lavérune, près de Montpellier emploie 164 salariés en CDI et, selon un membre de l’intersyndicale, "fait travailler plus de 500 familles dans la région, avec les sociétés extérieures. Selon les informations que l’on dispose, l’usine de Lavérune, avec son nouveau repreneur, quel qu’il soit, ne produirait plus que le café Carte Noire, alors qu’aujourd’hui, elle produit aussi les cafés Grand-mère et Jacques Vabre. Nous attendons évidemment de savoir qui va reprendre le site, mais nous avons des inquiétudes face à la proposition de Lavazza : le dirigeant italien a fait savoir dans la presse qu’il pourrait rapatrier l’activité dans son usine de Turin."

Selon l’intersyndicale, la vente de l’usine et de la marque pourrait se négocier autour d’1,2 milliard d'euros.

Anne Devailly

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS