L'Europe boursière repart à la baisse en attendant l'inflation US

par Laetitia Volga
Partager
L'Europe boursière repart à la baisse en attendant l'inflation US
Les principales Bourses européennes évoluent en baisse mercredi dans la matinée. À Paris, l'indice CAC 40 évolue en repli de 0,5% vers 8h45 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,52% et à Londres, le FTSE cède 0,45%. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en baisse mercredi dans la matinée, s'éloignant du pic de trois semaines touché la veille, toujours en proie aux craintes sur le commerce et le ralentissement de la croissance mondiale avant les chiffres très attendus de l'inflation aux Etats-Unis.

À Paris, l'indice CAC 40 évolue en repli de 0,5% à 5.381,35 points vers 8h45 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,52% et à Londres, le FTSE cède 0,45%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,48%, le FTSEurofirst 300 de 0,49% et le Stoxx 600 de 0,44%.

Les marchés d'actions européens marquent une pause après plusieurs séances de hausse, alimentées par l'accord commercial conclu entre les Etats-Unis et le Mexique et des anticipations de baisse de taux de la Réserve fédérale (Fed).

Les marchés sont suspendus à la réunion de politique monétaire de la Fed la semaine prochaine bien que les investisseurs semblent davantage opter pour un assouplissement de la politique monétaire aux Etats-Unis à l'issue de la réunion prévue fin juillet, selon le baromètre FedWatch.

"Le rally s'est arrêté et la situation peut devenir un peu délicate maintenant car le marché pourrait commencer à penser - certains diront même réaliser - que la Réserve fédérale ne va pas nécessairement voler à la rescousse", commente Neil Wilson chez Markets.com.

"Rappelez-vous que la Fed est en période de 'black-out'. Nous ne pouvons donc compter que sur Donald Trump pour tenter d'alimenter les marchés à la hausse", poursuit-il.

Les investisseurs devraient toutefois patienter jusqu'au sommet du G20 à la fin du mois et une possible rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping pour savoir ce que décideront les Etats-Unis en terme de stratégie commerciale face à la Chine.

En macro-économie, les investisseurs prendront connaissance à 12h30 GMT de l'indice des prix à la consommation aux Etats-Unis en mai, un indicateur qui pourrait modifier les anticipations autour de la politique monétaire.

VALEURS

Dassault Systèmes cède 0,77% après avoir annoncé l'acquisition de Medidata Solutions, spécialiste américain des solutions logicielles dédiées aux essais cliniques, pour 5,8 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros).

Pour les analystes d'Invest Securities, l'opération n'entre pas dans le périmètre historique du groupe et "la création de valeur à court terme devrait être limitée (avec une augmentation 5% sur le bénéfice net par action) vu la valorisation payée".

L'indice Stoxx de la construction recule de 0,85%, pénalisé par le repli de LafargeHolcim qui cède 2,74% à Zurich après qu'un important actionnaire a réduit sa participation en plaçant 3,7% du capital à 48,70 euros par action alors que le titre avait clôturé mardi à 50,32 euros.

De loin la plus forte hausse du Stoxx 600, le titre Axel Springer s'envole de 12,14% après que le fonds KKR a annoncé le lancement d'une offre de 6,8 milliards d'euros sur la maison d'édition allemande dans le but d'en devenir un actionnaire stratégique.

Grâce à un relèvement de conseil de Goldman Sachs à "acheter", l'action Aperam gagne 1,90%.

EN ASIE

Après trois séances consécutives de hausse, le Nikkei à la Bourse de Tokyo a cédé 0,35% en raison principalement des inquiétudes quant aux répercussions sur l'économie mondiale du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine.

L'indice CSI des grandes capitalisations a fini en baisse de 0,76% et la Bourse de Shanghai de 0,56%. Au-delà de la perspective d'une aggravation des tensions commerciales, la tendance a été pénalisée par la faiblesse des statistiques sur l'inflation.

La hausse des prix à la consommation en Chine a accéléré en mai à son rythme le plus rapide en plus d'un an mais la hausse des prix à la production a ralenti sous l'effet d'une faible demande des produits de base et du ralentissement de l'activité manufacturière, alimentant les inquiétudes sur la santé de l'économie chinoise.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini mardi quasiment à l'équilibre, le repli des valeurs industrielles étouffant l'optimisme né d'un apaisement des tensions commerciales et de l'espoir d'une baisse de taux par la Réserve fédérale. [.NFR]

L'indice Dow Jones, qui restait sur six séances consécutives de hausse, a cédé 0,05%. Le S&P-500 a perdu 0,03% et le Nasdaq Composite a terminé de son côté quasiment inchangé (-0,01%) à 7.822,57 points.

TAUX

Le rendement de l'emprunt américain à 10 ans recule autour de 2,115% après avoir touché la veille un plus haut depuis le 31 mai à 2,178%.

De son côté, le taux du 10 ans allemand est pratiquement inchangé à -0,234%.

En Italie, les rendements des emprunts d'Etat à long terme sont en revanche en nette progression après l'annonce par le Trésor italien du lancement d'une émission d'obligations syndiquées à 20 ans.

Le taux du BTP à 10 ans prend plus de six points de base, à 2,373%, après avoir touché un creux de plus d'un an la semaine dernière à 2,282%, et le 20 ans grimpe au-dessus des 3%.

CHANGES

Les variations sont limitées sur le marché des changes où le dollar est stable face à un panier de devises de référence, proche de son plus bas de plus de deux mois touché vendredi sous l'effet des anticipations de baisse de taux de la Réserve fédérale.

L'euro évolue en hausse modérée, proche de 1,134 dollar.

PÉTROLE

Les cours pétroliers reculent de plus de 2% après l'abaissement par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) de ses prévisions de croissance de la demande mondiale en 2019.

Les cours sont aussi plombés par l'annonce d'une augmentation inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, selon les données de l'American Petroleum Institute (API).

Le baril de Brent recule à moins de 61 dollars et celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) reflue vers 52 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS