International

L’Europe a mal à ses satellites

Hassan Meddah , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

L’Europe a mal à ses satellites
Thales Alenia Space subit la concurrence de Boeing et Lockheed-Martin.
La filière satellitaire européenne est rattrapée par son manque de compétitivité. Thales Alenia Space (TAS, filiale codétenue par Thales et l’italien Finmeccanica) va supprimer 270 postes sur les 4 300 en France, sur les sites de Toulouse et de Cannes. La branche spatiale d’Airbus Defense and Space réduira aussi son effectif, plus de 1 000 emplois sont concernés, activité des lanceurs compris. Sur le marché des satellites de télécommunications, les deux acteurs subissent la concurrence des américains Boeing et Lockheed-Martin, qui cherchent des relais de croissance face aux baisses de commandes institutionnelles. Boeing s’est ainsi adjugé huit des vingt contrats en 2013, contre deux uniquement pour TAS. "Nos produits sont plus chers que ceux de la concurrence. Nous voulons gagner 20% de compétitivité d’ici à 2015",[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte