L’étude de DS Smith sur l’économie de l’espace vide ne manque pas d’air

L’espace inoccupé dans les emballages et les conteneurs de transport a été analysé par le spécialiste de l’emballage carton et plastique en association avec Forbes insights. S'il était supprimé, on pourrait diviser par deux le nombre de colis circulant en Europe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’étude de DS Smith sur l’économie de l’espace vide ne manque pas d’air

La nature a horreur du vide. Sauf lorsqu’il est question des conteneurs maritimes et des caisses en carton utilisés par les e-commerçants. Selon l’enquête réalisée entre fin 2017 et début 2018 dévoilée le 11 septembre par le cartonnier britannique DS Smith et Forbes Insights, l’impact du vide possède un effet non négligeable sur l’économie des entreprises, l’environnement ainsi que sur la qualité du lien avec les consommateurs.

Le document indique, par exemple, que les conteneurs d’expédition naviguant entre l’Asie et les ports européens et américains contiennent 24 % de vide en moyenne de l'entreprise. Optimisé, ce nombre "pourrait être réduit de 61 millions d’unités", affirme Marc Chiron, directeur des ventes et du marketing de DS Smith. Soit une économie de 122 millions de tonnes d’émission de dioxyde de carbone et de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans le e-commerce, près de 50% du volume d’un carton est vide

Même constat dans le e-commerce où DS Smith et Forbes Insights estiment que la part de vide représente, en moyenne, entre 45 et 50 % de l’emballage. Un pourcentage vérifié après avoir analysé le contenu de 190 commandes passées en ligne. "La part de vide s’avère plus ou moins importante selon le produit commandé", relève Marc Chiron.

Si elle n’est que de 18% pour des vêtements et chaussures, elle passe à 51 % pour des produits d'épiceries, 52% pour des jouets et 64% pour la verrerie nécessitant la présence de différentes solutions de calages, et donc autant de déchets. Aujourd'hui, "environ 4,6 milliards de colis circulent en Europe", indique le représentant du cartonnier qui précise qu’ils pourraient être moitié moins en supprimant le vide.

Un emballage pour fidéliser les plus jeunes

Actuellement, à l’exception d’une poignée d’entreprises visionnaires citée dans l’étude (Metro AG, Unilever, Bed, Bath and Beyond, Peapod…), "une majorité de e-commerçants utilise des cartons standards surdimensionnés et comble le vide avec des coussins d’air, du papier ou du polystyrène", indique l’étude. "Les résistances s’expliquent avant tout par le coût qu’engendrerait le choix d’un matériau et d’une conception plus efficient, considéré comme prohibitif par 59 % des 370 cadres dirigeants interrogés", explique Forbes insights.

Pourtant, les entreprises auraient tout intérêt à revoir leur façon de faire. La conscience environnementale du consommateur progresse. Plus d’un sur deux considère par exemple que les déchets d’emballage représente une problématique environnementale majeure. Surtout chez les "Millenium" qui sont 85 % à considérer que l’emballage possède une influence dans leur relation avec leur marque.

Des dirigeants peu sensibles à la problématique du vide

Une autre étude, réalisée cette fois par Unilever, affirme que pour un tiers des clients, le choix de la marque est lié à son impact social et environnemental. "Nous cherchons en permanence de nouveaux moyens de réduire, réutiliser, recycler et récupérer les emballages et les déchets, affirme David Blanchard, directeur R&D d’Unilever cité dans l’étude avant d’ajouter : Nous élaborons des solutions innovantes pour gérer les emballages et les produits jetés après utilisation."

Des investissements de bon sens que les dirigeants ont pourtant du mal à envisager. Seulement 39 % des cadres interrogés considèrent en effet que leur dirigeant a conscience de la problématique du vide.

0 Commentaire

L’étude de DS Smith sur l’économie de l’espace vide ne manque pas d’air

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS