L’étiquetage nutritionnel sera expérimenté en France cet automne

Quatre systèmes d’étiquetage nutritionnel devraient être testés cet automne sur certains produits alimentaires dans les supermarchés. Si d’ici, là, les différentes parties prenantes arrivent à se mettre d’accord...

Partager

Cette fois c’est presque sûr le fameux étiquetage nutritionnel va bientôt arriver sur les produits alimentaires vendus en France. A l’état d’expérimentation d’abord, dès cet automne... en principe. L’article 5 de la loi de santé de la ministre Marisol Touraine, promulguée le 26 janvier, prévoit la mise en place d’un dispositif, non obligatoire, pour améliorer l’information nutritionnelle aux consommateurs figurant sur les produits de l’agroalimentaire.

"Grâce à cette loi, la France pourra pleinement apporter sa contribution au débat européen qui aura lieu sur le sujet en 2017, avec un système qu’elle aura elle-même testé", explique-t-on du côté de l’Association nationale des industriels de l’agroalimentaire (Ania). Le test que doit mener la France, doit effectivement débuter cet automne durant quatre mois. Pour régir cette expérimentation, un comité de pilotage de l’étiquetage, composé de représentants des administrations de la santé et de professionnels (industriels, distributeurs...) et un comité scientifique, composés de spécialistes de la santé, ont été constitués. L’exécution du projet sera quant à elle assurée par le Fonds français alimentation et santé (FFAS).

Le système "SENS" favori

A ce jour, quatre systèmes devraient être expérimentés, sous réserve de leur financement. Le système 5C, le plus connu mais également le plus décrié par les industriels, a été établi selon la méthode de Rayner proposée par le professeur Serge Hergberg. Il prévoit d’associer une couleur allant de vert à rouge pour chaque aliment acheté, selon notamment leurs teneurs en lipides et glucides (rouge étant à proscrire, et vert, pouvant être consommé régulièrement). En 2015, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) s’y était montrée fortement opposée tout comme l’Ania, jugeant que ce système était "discriminant et incomplet".

La FCD a proposé depuis son propre système, baptisé SENS (Système d’Étiquetage Nutritionnel Simplifié). Il intègre en plus du système 5C, la fréquence de consommation du produit et élimine le rouge de son code couleur, remplacé par du violet. Une couleur plus politiquement correcte sans doute. C’est à ce jour, le système qui semble recueillir le plus de suffrages. Il vient d’ailleurs d’être jugé cohérent par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), dans un récent rapport.

Le troisième système est basé sur le "GDA" ou repère nutritionnel journalier (RNJ), qui figure déjà sur bon nombre de boissons et produits alimentaires en Europe. Il détaille la teneur en énergie et en nutriments de denrées et pourrait servir de base à une information plus complète pour le consommateur.

Enfin, le trafic light ou code à trois couleurs simples (rouge, orange et vert) est issu du système britannique déjà en vigueur outre-Manche, qui associe une couleur au taux de lipides, glucides ou sel présent dans le produit alimentaire.

Si tout se passe bien, le calendrier et les détails de cette expérimentation grandeur nature devraient être dévoilés dans les prochaines semaines Mais pas sûr que toutes les nombreuses parties prenantes arrivent à se mettre d’accord sur les modalités. Plusieurs sages ont démissionné du comité scientifique il y a quelques jours, notamment à cause de possibles conflits d’intérêts.

Adrien Cahuzac

0 Commentaire

L’étiquetage nutritionnel sera expérimenté en France cet automne

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Nouveau

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 25/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS