Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

L'étiquetage d'origine de la viande et du lait dans les plats cuisinés prolongé jusqu'en 2020

Sybille Aoudjhane ,

Publié le

Le décret sur l'origine de la viande et du lait dans les produits transformés a été renouvelé jusqu'en 2020. Le dispositif avait été mis en place en 2016.

L'étiquetage d'origine de la viande et du lait dans les plats cuisinés prolongé jusqu'en 2020
L'étiquetage des viandes et du lait s'achevait le 31 décembre 2018.
© Laetitia Duarte Filet

L’étiquetage "produit d’origine française" pour garantir l’origine du lait et de la viande présents dans les plats transformés est prolongé jusqu’à 2020. "La France a été autorisée à poursuivre jusqu'au 31 mars 2020 son dispositif d'étiquetage de l'origine de la viande et du lait dans les denrées alimentaires", indique un communiqué publié par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. La prorogation a été publiée au journal officiel du 24 décembre 2018.

Ce dispositif renouvelle un décret publié en aout 2016. Les industriels agroalimentaires devaient indiquer l’origine de leurs produits dès le 1er janvier 2017, et ce jusqu’au 31 décembre 2018. Le seuil à partir duquel l'étiquetage est obligatoire a été fixé par un arrêté des ministres de la consommation et de l'agriculture. Ce seuil ne peut pas être supérieur à 50%.

L'importance de l'origine 

Les animaux doivent être nés, élevés et abattus dans un même pays pour que la mention de l’origine soit précisée. De même, le lait doit avoir été collecté, conditionné ou transformé dans un seul pays. A l’époque du premier décret, une étude de TNS pour le Salon de l’alimentation (Sial) de Paris montrait que 63 % des consommateurs accordent une réelle importance à l’origine des produits alimentaires.

L’ambition de la France est de porter ce projet à l’échelle européenne même si "d'autres États membres ont déjà mis en œuvre des dispositions similaires". "J’appelle à un débat plus large sur cette question, que je vais porter au niveau européen", indique Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation dans un communiqué.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle