Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

L'ETI de l’année est... Fives

, , , ,

Publié le

En une dizaine d’années, Fives s’est métamorphosé. Le conglomérat hétéroclite est devenu une société d’ingénierie et de mécanique reposant sur ses savoir-faire technologiques.

L'ETI de l’année est... Fives
Frédéric Sanchez, le président du directoire de Fives, a su redonner de la cohérence au groupe.

L’an prochain, Fives ne pourra plus prétendre au titre d’ETI de l’année… Son chiffre d’affaires va dépasser les 2 milliards d’euros, suite au rachat de MAG Americas réalisé en mars. Grâce à cela, le groupe détient de grands noms de la mécanique : Forest-Liné, Giddings & Lewis et Cincinnati. Cette acquisition, la plus importante de la société d’ingénierie et de mécanique, concrétise l’évolution du groupe et ses ambitions. Il y a dix ans, il affichait un volant d’affaires de 750 millions d’euros, et s’apparentait à un conglomérat hétéroclite, constitué au gré du temps sous la houlette de Paribas. Frédéric Sanchez, un HEC de 53 ans, président du directoire depuis 2002, a su lui redonner de la cohérence. Désormais, le métier de Fives, c’est la construction d’usines. "Depuis une dizaine d’années, nous cherchons à développer un business model qui s’appuie sur la maîtrise technique, clé du procédé fournissant des solutions complètes, précise-t-il. Nous n’avons jamais voulu être dans l’ingénierie pure, car nous souhaitons maîtriser les technologies, le plus souvent protégées, que nous mettons en œuvre dans nos réalisations."

La vénérable entreprise de forge, née en 1812, s’est transformée en un ingénieriste capable d’intervenir sur les secteurs innovants, ou de construire des usines dernier cri dans le ciment ou le sucre. "Fives s’appuie sur deux pieds : l’ingeniering et les équipements. Et ses efforts en R&D sont de plus en plus importants. Cette stratégie est la bonne. Cet effort paie. Le portefeuille de brevets ne cesse de s’étoffer", résume Dominique Gaillard, membre du directoire d’Axa Private Equity. Le fonds est depuis octobre 2012 l’actionnaire de référence de l’entreprise, mais il n’est pas majoritaire, contrairement à son prédécesseur. Le management est parvenu à passer au-dessus de 50 % du capital.

Dans ces derniers développements, Fives a donc racheté MAG Americas pour étoffer son portefeuille de technologies, notamment dans le mappage de fibres composites. Car Frédéric Sanchez est convaincu que le XXIe siècle sera celui des nouveaux matériaux amenés à se développer hors de l’aéronautique. Avec ce rachat, l’ETI est devenue de facto le plus gros industriel français opérant de la machine-outil avec de véritables ambitions. "Nous pouvons être un relais de croissance pour Giddings & Lewis, Cincinnati et Forest-Liné, en les faisant entrer sur de nouveaux marchés, grâce à notre présence mondiale", argumente Frédéric Sanchez.

L’international, l’une des passions du président du directoire qui multiplie les responsabilités au Medef dans ce domaine (président du Comité France-Vietnam, participation au G 20…), est un facteur clé du succès de Fives. Le groupe réalise plus de 85 % de son chiffre d’affaires hors de France. Le rachat de MAG Americas, avec son chiffre d’affaires de 400 millions de dollars (293 millions d’euros), lui permet de se renforcer sur le continent nord-américain où MAG Americas réalise 67 % de son chiffre d’affaires. "Nous nous sommes développés à l’étranger en nous appuyant sur des différenciations technologiques. Notre organisation en entités à taille humaine, spécialisées sur un métier, une technologie et un marché, est un atout. Elle permet l’identification des hommes à leur entreprise." Revers de la médaille, Fives compte plusieurs dizaines de filiales, dont certaines avec quelques dizaines d’employés. Le dirigeant revendique cette structure : "Chaque responsable de filiale est un vrai patron de PME, fier de son entreprise et en assume la responsabilité. Ces petites entités permettent plus de flexibilité et ont un point mort plus bas. Quand la crise a touché certains secteurs, nous avons pu facilement nous adapter." Pour garder une cohérence à cet ensemble, Fives a mis en place des passerelles, dans le domaine des finances, des ressources humaines, avec une charte de mobilité, ainsi que des réunions techniques, pour partager les savoir-faire et les innovations. Ainsi le système Rhodax, qui permet de fabriquer des anodes pour l’aluminium très performantes, est issu d’une technique mise au point pour le broyage du ciment. 

Pour l’avenir, Frédéric Sanchez a fixé trois objectifs principaux : une implantation en Afrique, l’amélioration des services considérés comme encore inégaux selon les pays, et le renforcement de la marque Fives. La France aura perdu une ETI et gagné une grande entreprise.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle