L’Etat va créer une Compagnie Nationale des Mines de France

Arnaud Montebourg a détaillé, ce vendredi 21 février, le projet du gouvernement de créer une Compagnie Nationale des Mines de France. Le ministre du Redressement productif l'a justifié pour des raisons de "souveraineté, d'indépendance économique et minière". 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Etat va créer une Compagnie Nationale des Mines de France

L’Etat français va constituer une nouvelle entreprise publique en créant la Compagnie Nationale des Mines de France. L’annonce officielle de cette création a été faite vendredi matin par Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement Productif à l’occasion de la visite de la plus grande mine de gypse d’Europe située sous la massif forestier de Montmorency (Val d’Oise) et qui produit 800 000 tonnes de gypse par an, soit 15 % de la production nationale.

"La raison pour laquelle nous récréons les conditions de notre souveraineté, de notre indépendance économique et minière c’est que nous souhaitons contrôler nos approvisionnements afin de ne pas être dépendants pour les prix des matières premières des ressources minérales. Tous les grands pays industriels l’ont fait", a souligné Arnaud Montebourg.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le ministre du Redressement productif a relevé que la France possède "un savoir-faire minier extraordinaire" mais estimé qu’il est sous-exploité.

"Malheureusement les géologues vont travailler hors de France car nous n’avons pas de compagnie minière et les quelques compagnies que nous avons comme Areva et Eramet ne veulent pas se porter sur toutes les matières qui aujourd’hui deviennent des instruments stratégiques pour le développement économique, a poursuivi Arnaud Montebourg. Nous avons besoin d’un outil minier qui se portera sur l’exploration et l’exploitation."

Arnaud Montebourg a, toutefois, tenu à préciser que cette création n’avait aucun rapport avec ses précédentes prises de positions concernant l’exploitation des gaz de schiste. "On ne parle pas d’extraction de gaz ou de liquide. Ce n’est pas le même métier, ce n’est pas la même technologie et ce n’est pas l’objet", a déclaré le ministre.

Entre 200 et 400 millions sur cinq à sept ans

La future entreprise publique sera constituée autour du Bureau de Recherches Géologique et Minière (BRGM), qui actuellement réalise un inventaire des ressources minières, et de l’Agence des Participations de l’Etat. Selon Arnaud Montebourg l’Etat investira entre "200 et 400 millons d’euros sur cinq à sept ans" dans la nouvelle structure.

"Nous avons besoin de capitaliser une société qui elle-même va créer des filiales pour exploiter dans un certain nombre de pays", a complété Arnaud Montebourg.

Le ministre du Redressement Productif a indiqué que la première opération de la compagnie concernait la Guyane où le gouvernement a pris conscience de la nécessité de ne pas laisser à l’abandon ou aux mains d’exploitants illégaux d’immenses ressources en or.

"La première décision va concerner la Guyane. Je me rendrai, d’ailleurs, en Guyane dans les mois à venir pour discuter des modalités d’associations du territoire pour l’exploration et l’exploitation de l’or", a détaillé Arnaud Montebourg.

Le ministre du Redressement Productif s’est refusé à faire d’autres annonces tout en évoquant des discussions avec des états africains souhaitant que la France se porte candidate à l’exploitation d’un certain nombre de ressources minières.

"Beaucoup de gouvernements africains nous disent où est la France, nous n’avons de rapports qu’avec des multinationales privées (…) nous voudrions avoir un nouveau modèle économique d’exploitation minière en Afrique", a ajouté Arnaud Montebourg.

Débattu "cas par cas"

Le ministre a indiqué que la nouvelle compagnie aura vocation à travailler avec des partenaires privés mais tout sera débattu "cas par cas".

"Tout est à débattre. Il nous paraît normal que les gouvernements qui sont généralement exclus de l’exploitation des mines puissent être associés à une compagnie nationale minière française, a affirmé Arnaud Montebourg. Il faut d’abord que nous nous mettions d’accord sur la répartitions des revenus et que nous associons, éventuellement, d’autres opérateurs peut-être miniers, peut-être pas."

La création de cette entreprise nationale intervient alors que le gouvernement planche sur une réforme du code minier. Le dernier toilettage de ce document date de 1956. "La question environnementale est toujours posée. Elle doit être traitée en transparence avec les populations. Associer les populations, c’est l’esprit du code minier nouveau", a assuré Arnaud Montebourg.

Patrick Désavie, correspondant en Île-de-France

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS