L’Etat sur la piste d'un repreneur pour le site de Petroplus

[ACTUALISE] - La porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse a affirmé le 12 janvier que le gouvernement cherchait toutes les pistes possibles pour garantir l’avenir de la raffinerie de Petit Couronne en France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Etat sur la piste d'un repreneur pour le site de Petroplus

Lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat, la porte-parole a précisé qu’il fallait trouver un repreneur pour la raffinerie située à côté de Rouen. Notamment si le groupe suisse ne trouve pas un accord avec ses créanciers. Une affirmation confirmée par les syndicats ce 13 janvier. "Des repreneurs potentiels qui ont porté des marques d'intérêt à la raffinerie ont été identifiés", a assuré Yvon Scornet, porte-parole de l'intersyndicale, en se refusant à citer des noms. Il souligne d'ailleurs q'une équipe de techniciens émanant d'un cabinet mandaté a expertisé le site entre mercredi et ce vendredi.

Ces déclarations interviennent quelques heures après l’annonce du groupe de la conclusion d’un un accord temporaire avec ses banques, qui doit lui permettre de continuer à faire fonctionner certaines activités et à payer des factures.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mais cet accord ne fait pas mention du site français. Ce qui crée l’inquiétude tant du côté de l’Etat que des salariés. Le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a rencontré le patron du groupe suisse, Jean-Paul Vettier, dans l’après midi. Il s’est dit "choqué du silence de Petroplus quant à l’avenir des raffineries de Petit-Couronne et d’Anvers". Il a aussi fait savoir que le patron du groupe "s’était engagé à informer dans les prochains jours les salariés de la raffinerie française sur l’avenir du site".

Le ministre s’est dit prêt à "mobiliser l'ensemble des moyens juridiques et opérationnels à sa disposition pour contraindre le cas échéant le groupe Petroplus à assumer ses responsabilités sociales, industrielles et environnementales".

Il doit par ailleurs recevoir l’ensemble des industriels qui s’occupent de raffinerie et de stockage de produits pétroliers ce vendredi 13 janvier. "Il sera question et uniquement question de l'avenir du site de Petit-Couronne, souligne la porte-parole du gouvernement. Nous serons vigilants à ce que Petroplus assure et assume toutes ses responsabilité dans l'avenir de ce site."

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS