L'État souhaite unir Ascoval et Hayange en vue d'une reprise

, ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

En bref

L’avenir de deux sites industriels, l’aciérie d’Ascoval à Saint-Saulve (Nord) et le laminoir d’Hayange (Moselle), est en jeu. Le gouvernement souhaite les marier pour mieux leur trouver un repreneur. Fin 2019, déjà, les deux sites travaillaient ensemble pour répondre à une commande de SNCF Réseau. L’aciérie d’Ascoval, qui emploie 270 salariés, propriété de Vallourec jusqu’en 2016, a été reprise, il y a un an, suite à la faillite de British Steel, par Olympus Steel (filiale de Greybull Capital, propriétaire de British Steel). Greybull Capital veut la sortir de son portefeuille. De son côté, l’usine de production de rails de Hayange, qui compte 450 salariés, avait été laissée à l’écart du rachat de sa maison mère British Steel par le chinois[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte