L'Usine Energie

Pourquoi un renflouement d'EDF par l'Etat fin 2020 est inévitable

, ,

Publié le , mis à jour le 22/04/2020 À 17H25

Les chutes de la production nucléaire et des prix de l'électricité liées au coronavirus exacerbent les difficultés structurelles d'EDF et vont probablement contraindre l'Etat à recapitaliser massivement le groupe courant 2020, selon une source proche de la direction et des analystes interrogés par Reuters.

Pourquoi un renflouement d'EDF par l'Etat fin 2020 est inévitable
Les chutes de la production nucléaire et des prix de l'électricité liées au coronavirus exacerbent les difficultés structurelles d'EDF et vont probablement contraindre l'Etat à recapitaliser massivement le groupe courant 2020. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé
© Stephane Mahe

Affecté par le confinement, qui perturbe la maintenance de centrales et a entraîné une baisse de la demande d'électricité pouvant atteindre jusqu'à 20%, EDF a dû renoncer ces dernières semaines à ses objectifs pour 2020 et 2021 et a prévenu que la production nucléaire française devrait s'établir cette année à son plus bas niveau depuis trente ans. "La crise actuelle précipite EDF dans des difficultés financières (...) en raison de la baisse de la production et de la chute des prix sur les marchés de gros, qui vont fortement pénaliser l'entreprise à l'horizon de 2021", a déclaré une source proche de la direction du groupe, rappelant que les prix de vente pour 2020 ont en revanche fait l'objet d'une couverture avec environ un an d'avance. "Les difficultés arriveront fin 2020 et une recapitalisation risque d'être nécessaire à ce moment-là", selon cette source.

La question d'une recapitalisation d'EDF n'a pas été abordée par le conseil d'administration, a ajouté cette source. Contacté par Reuters, un porte-parole d'EDF n'a fait aucun commentaire, soulignant seulement que le groupe disposait d'une importante trésorerie.

Fin 2019, EDF disposait de 22,8 milliards d'euros de liquidités ou d'actifs financiers liquides et de 10,3 milliards d'euros de lignes de crédit, selon un communiqué du groupe.

L'Etat français, qui détient 83,6% du capital de l'électricien, a mis sur pied un plan de soutien de 20 milliards d'euros pour aider les grandes entreprises affectées par les conséquences de la crise sanitaire.

"Ce n'est pas l'entreprise la plus touchée par la crise du Covid", dit-on cependant à Bercy. "De manière générale, on n'a communiqué sur aucune entreprise sauf bien sûr Air France."

"Tous les feux à l'orange, voire au rouge"

L'onde de choc du coronavirus risque aussi de retarder la réforme de la régulation du nucléaire français, censée permettre de garantir la couverture des coûts d'EDF et dont le groupe espérait des avancées significatives autour de l'été et une mise en oeuvre début 2022.

"La situation actuelle n'est pas pérenne car une partie de nos investissements ne nous rapporte rien, ce qui nous oblige à creuser la dette. Je pense que, fin 2020, on dépassera l'objectif de ratio dette sur Ebitda de 2,7 fois (annoncé mi-février pour fin 2021 NDLR)", a dit la source interrogée par Reuters. "Une fois ce ratio franchi, on sera dégradé par les agences de notation, ce qui augmentera le coût de l'emprunt. C'est ce qui précipite petit à petit les difficultés de la boîte. Tous les feux se mettent à l'orange, voire au rouge."

Tancrede Fulop, analyste chez Morningstar, a estimé dans une note publiée le 17 avril que la perte de génération de trésorerie (cash flow) liée à la chute de la production nucléaire française sur 2020-2022 se traduirait par une augmentation de la dette nette de 10,6 milliards d'euros d'ici 2022, en supposant qu'aucun dividende ne sera versé durant cette période.

Fin 2019, la dette nette d'EDF s'établissait à 41,1 milliards d'euros et son ratio dette nette sur Ebitda à 2,46. Toujours selon Morningstar, ce ratio atteindrait ainsi 3,3 en 2020 et 3,2 en 2021, des niveaux bien au-delà des objectifs de 2,6 et 2,7 annoncés respectivement pour ces deux années en février, quelques semaines avant la propagation du coronavirus.

L'intermédiaire, qui fait par ailleurs l'hypothèse d'un nouveau retard d'un an de l'EPR britannique d'Hinkley Point, calcule qu'une augmentation de capital de 4 milliards d'euros sera nécessaire cette année pour maintenir le ratio dette nette sur Ebitda d'EDF en dessous de 3,0 en 2020 et 2021.

Une "équation financière" toujours complexe

La restructuration d'EDF, avec notamment la création d'une entité isolant le nucléaire du reste du groupe et l'ouverture du capital des activités liées à la transition énergétique, risque elle aussi d'être retardée par le report de la réforme de la régulation, dont elle dépend. "De notre point de vue, la 're-régulation' du nucléaire en France et la restructuration qui suivrait vont très probablement être reportés étant donné la priorité donnée à la fois par le gouvernement français et par la Commission à la gestion de la crise et au soutien à l'économie européenne", a indiqué à Reuters Claire Mauduit-Le Clercq, directrice chez S&P Global Ratings.

Alors que l'agence de notation a baissé en octobre la perspective de la note "A-" d'EDF à "négative", Claire Mauduit-Le Clercq a aussi souligné que cette perspective était principalement liée au manque de marges financières d'EDF dans sa configuration actuelle, sans prendre en compte l'hypothèse d'un soutien exceptionnel de la part de l'Etat français.

EDF a déjà procédé début 2017 à une augmentation de capital de quelque 4 milliards d'euros, dont 3 milliards souscrits par l'Etat. Son PDG, Jean-Bernard Lévy, avait souligné dans les mois précédant l'opération que le groupe était confronté à une "équation financière difficile" dans le mesure où il devait alors faire face à un effondrement des prix sur le marché de l'électricité qui le privait des moyens d'investir pour moderniser et renouveler son outil industriel.

Avec Reuters (par Benjamin Mallet et Bate Felix, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

23/04/2020 - 09h34 -

Le coronavirus ne fait que mettre en lumière les difficultés structurelles de l'EDF engluée dans son outil de production nucléaire hyper coûteux qui, en fin de vie, doit être remplacé rapidement maintenant. Avec des partisans qui s'accrochent à de vieux dogmes pour refaire la même chose contre les solutions nouvelles qui divisent les prix par quatre au moins. Producteur exclusif depuis plus de 50 ans son message mensonger à fait des dégâts considérables dans les populations qui aujourd'hui ne jurent plus que par lui sans même comprendre les enjeux.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/04/2020 - 09h35 -

Les énergies renouvelables seraient mortes depuis bien longtemps si elles obéissaient aux mêmes règles de marché que celles imposées au nucléaire. Le propos est trompeur, menteur et emplit de la suffisance des idéologues anti-nucléaire. Si l'enjeu pour notre planète est vraiment l'urgence de baisser nos émissions de CO2, un peu de respect pour le service que peut rendre une énergie pilotable très bas carbone. Apparemment, ce n'est pas l'enjeu pour certains, les vieux dogmes ne sont pas la ou on voudrait le faire croire.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte