"L’Etat ne doit pas se comporter comme un simple rentier avec Areva", selon Jean-Pierre Bachmann

Dans un rapport non-définitif, la Cour des comptes pointe du doigt des dysfonctionnements graves chez Areva sur la période 2006-2012. Jean-Pierre Bachmann, coordinateur CFDT chez Areva, ne nie pas les conclusions des Sages mais refuse de rendre Anne Lauvergeon responsable de tous les maux.

Partager

L'Usine Nouvelle - Comment accueillez-vous le rapport très critique de la Cour des comptes ?

Jean-Pierre Bachmann - Les éléments présentés dans le rapport sont en bonne partie déjà connus. Un audit commandé à la Cour des comptes en octobre 2011 était déjà parvenu aux mêmes conclusions. Il posait alors deux problématiques : l’EPR et Uramin. Le principal problème est de voir que la situation perdure. La société perd de l’argent et ce sont les salariés qui le paient très cher en subissant un plan d’économie d’1 milliard d’euros.

La Cour des comptes fait peser une lourde responsabilité sur Anne Lauvergeon. Vous partagez ce sentiment ?

Anne Lauvergeon est critiquable sur sa gouvernance, mais nous ne renions pas notre soutien dans certains domaines. Elle a eu de bonnes initiatives en matière sociale et en matière de transparence.

Des paris ont été faits… Et dans tout pari, il y a une prise de risque. La construction du premier EPR en Finlande était, comme toute nouvelle technologie, un projet complexe. Certains éléments ont peut-être été mal gérés et il y a eu une méconnaissance du fonctionnement finlandais. En ce qui concerne Uramim - acheté 1,8 milliard d’euros-, je ne peux pas croire que l’Etat n’était pas au courant. Il y a eu une prise de risque mais dans un contexte différent ; les cours de l’uranium était alors très élevés. Il y a des torts partagés.

Jugez-vous que le rapport de la Cour des comptes est utile ou regrettez-vous qu’il écorne encore l’image d’Areva ?

La Cour des comptes a une vision de transparence économique au service de l’Etat. Je trouve cela très sain ! Leur rapport ne fait pas plaisir, bien sûr, mais c’est sain ! Ces dysfonctionnements, nous les connaissons, et nous faisons tout pour les corriger.

Mais l’Etat n’est pas exempt de reproches. Parfois, il a délaissé Areva ou lui a imposé des changements de stratégies. Dernièrement, l’Etat envisage de rattacher l’activité éolien offshore d’Alstom à Areva… alors même qu’Areva est en train de se rapprocher de Gamesa (NDlR : fabricant espagnol d’éoliennes). On ne peut pas se permettre de louvoyer ainsi.

Bien sûr, Areva a des comptes à rendre à l’Etat. L’entreprise a eu des pertes. Mais rappelons que globalement l’Etat a touché trois milliards de dividendes depuis la création de l’entreprise (en 2001). En retour, il a dépensé 300 millions d’euros en 2009 lors de l’augmentation de capital. L’Etat veut tirer des revenus de l’entreprise publique, mais il ne doit pas se comporter comme un simple rentier.

Propos recueillis par Ludovic Dupin

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur Contrôle Commande F/H

ORANO - 09/12/2022 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

60 - Liancourt

Ravalement d'une maison de maître de 5 logements collectifs locatifs, rue des Arts et Métiers

DATE DE REPONSE 15/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS