L'Usine Aéro

L'Etat français au chevet des commandes d'Airbus, via 5 Mds€ prêtés aux banques

, ,

Publié le

L'avionneur européen a été entendu sur les difficultés de financement de ses clients. L'Etat français injectera 5 milliards d'euros pour des prêts bancaires ciblés.

L'Etat français au chevet des commandes d'Airbus, via 5 Mds€ prêtés aux banques

« Il y a bien un projet de prêter 5 milliards d'euros aux banques pour financer les contrats Airbus ». L'entourage du cabinet de la ministre de l'Economie a confirmé, hier soir, à l'agence Reuters l'information publiée ce matin par Les Echos. Aujourd'hui, l'avionneur européen, qui soulève la question du financement des achats de ses avions depuis plusieurs mois, salue « l'initiative forte du gouvernement français, laquelle vise à protéger des livraisons mises en danger par la crise du crédit ». Et attend des précisions sur les modalités d'application de cette nouvelle manne. Pour le moment, pas d'annonces similaires du côté des autres pays Airbus : l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne.

Selon Les Echos, pour aider les clients d'Airbus à honorer leurs engagements d'achat, Bercy prévoit d'injecter 5 milliards d'euros dans le circuit bancaire (Calyon, Société Générale et BNP Paribas seraient concernées), par l'intermédiaire de la Société de financement de l'économie française (SFEF), fondée pour abonder les banques françaises en liquidités. Parmi les 123 annulations enregistrées en 2008 par la filiale du groupe EADS, un grand nombre serait causé par le tarissement des crédits à l'échelle mondiale. En effet, près de 40 % du financement d'un avion proviendraient des prêts bancaires. En vertu des pratiques du secteur, environ 80 % du prix d'un avion n'est réglé qu'à la livraison, la compagnie cliente versant un premier acompte de 5 % à la prise de commande et un second quelques mois avant la sortie d'usine.

Il s'agit de la seconde mesure de soutien au secteur aéronautique français face à la crise, après la création cet été du fonds Aerofund II. Destinés aux équipementiers, ce fonds d'aide à l'investissement, doté de 75 millions d'euros, est qualifié de « largement insuffisant » par de nombreux experts.

50 à 60 % de commandes en moins prévues pour 2009

Hier, lors du Global Competitiveness Forum de Ryad, le patron d'Airbus, Thomas Enders, a confirmé que les commandes 2009 pourraient chuter de 50 à 60 % par rapport aux 777 unités nettes enregistrées en 2008, en raison de la crise du crédit, mais aussi du ralentissement du trafic aérien. Notant au passage que les difficultés financières concernaient également les compagnies du Golfe, qui ont largement garni le carnet de commandes de l'avionneur européen ces dernières années. Pour la première fois depuis 2003, le nombre de livraisons pourrait être inférieur à celui des commandes en 2009. Pour autant, Airbus dispose d'un carnet représentant près de 7 ans de production, avec plus de 3 700 appareils commandés, et pourrait intervenir directement auprès de ses clients pour les aider à financer leurs achats.

Matthieu Maury

A lire aussi :
Airbus prévoit deux fois moins de commandes pour 2009, 16/01/2009
Airbus franchit une étape décisive dans l'A350, 14/01/2009
EADS : « des projets bouleversé par la crise », dixit Louis Gallois, 13/01/2009
Face à l'érosion de ses commandes, Boeing se déleste de 4500 emplois, 12/01/2009
EADS en quête d'un nouveau plan de vol pour l'A400M, 12/01/2009

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte