Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

L'Etat crée un super bonus pour l'achat de véhicules propres

Elodie Vallerey , , , ,

Publié le

Le ministère de l'Economie a présenté, le 1er octobre, une série de mesures en faveur de la filière automobile. La création d'un "super bonus" en faveur des véhicules "propres" pouvant aller jusqu'à 3 700 euros maximum pour l'achat d'un véhicule électrique a notamment été annoncée et devrait être mis en place à la mi-2015. En ajoutant le bonus écologique de 6 300 euros, l'aide de l'Etat pourra ainsi atteindre 10 000 euros.

L'Etat crée un super bonus pour l'achat de véhicules propres © Renault

A la veille de l'ouverture aux professionnels du Mondial de l'automobile 2014, à Paris, le ministère de l'Economie a décidé de donner un nouveau coup de pouce aux automobilistes désireux d'acquérir des véhicules dits "propres".

Dans le dossier "Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française" rendu public le 1er octobre, le ministre Emmanuel Macron déclare avoir "une priorité, consolider la filière automobile, son innovation et sa production en France (avec) une ligne directrice : accompagner les nouvelles formes de mobilité avec de nouvelles offres françaises de technologies et de services".

une "task force" pour une consolidation du secteur

En plus de l'expérimentation prochaine de véhicules autonomes sur les routes françaises et de la restructuration du fonds de modernisation des équipementiers automobiles, plusieurs nouvelles mesures ont été annoncées par le locataire de Bercy :

- la création d'un "super bonus" en plus du bonus écologique déjà appliqué pour pousser les automobilistes à acheter des véhicules "propres". Ainsi, pour l'achat d'un véhicule électrique, 3 700 euros de super bonus pourront être ajoutés aux 6 300 existants, soit 10 000 euros d'aides de l'Etat (une Renault Zoé coûte par exemple 21 900 euros au prix catalogue). Les autres primes concernent les véhicules hybrides rechargeables (2 500 euros en plus des 4 000 de bonus écologique existant) et les véhicules neufs de norme euro 6 (500 euros).

- la création d’une "task force" automobile pour amener les dirigeants d’entreprise à des opérations de consolidation : Bercy a demandé à Michel Rollier, président de la Plate-forme de la Filière Automobile (PFA) et ancien patron de Michelin, de piloter cette mission. L'objectif, pour le ministère, est d' "anticiper les évolutions stratégiques d’un secteur où la France possède des positions fortes et identifier les futurs "champions" français de la sous-traitance de manière plus efficace et plus rapide". 

Avec ces initiatives, Emmanuel Macron a l'ambition de "faire de la France le leader de l’automobile et de la mobilité de demain". Et pour y parvenir, il compte bien "amplifier les actions en faveur du secteur automobile au cours des prochaines semaines et des prochains mois".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle