L’Etat annonce un nouveau train des primeurs entre Perpignan et Rungis

Selon un communiqué de Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports, un accord aurait été trouvé pour la reprise de l’acheminement de marchandises entre le marché de Perpignan et l’Ile-de-France. La ligne devrait être rouverte le 1er décembre.

 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Etat annonce un nouveau train des primeurs entre Perpignan et Rungis
Terminal ferroviaire de Rungis.

La fameuse "ligne des primeurs" dont l’arrêt avait fait polémique en décembre dernier est-elle en passe de redémarrer ? Un communiqué signé par Jean-Baptiste Djebbari annonce que oui. Le secrétaire d’Etat aux Transports affirme que "les conditions sont remplies pour une reprise imminente de l’acheminement de marchandises entre Perpignan et Rungis en empruntant la voie ferroviaire"

Reprise progressive du trafic et changement d’opérateur

L’Etat s’engage à remettre en état 40 des 80 wagons du train pour "une reprise temporaire du trafic conventionnel" et "met en place le transport combiné" (caisses de camions sur les wagons du train), "ainsi que le chargement des camions sur le train", en plus de l’usage des anciens wagons rénovés, "dès le mois de décembre".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cette "offre de transport combiné [sera] affrétée par l’entreprise Novatrans", peut-on lire dans le communiqué. Ce ne sera donc plus directement la SNCF mais cet opérateur français de transport combiné appartenant à la société Charles-André Transport.

Par ailleurs, le trajet ce nouveau train des primeurs sera quelques peu modifié. Il ne reliera plus Perpignan au marché de Rungis mais à "la plateforme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), proche de Rungis", précise le communiqué.

La CGT dénonçait un "choix incompréhensible"

Plus tôt dans la journée, la CGT Cheminots avait annoncé sa volonté de continuer la bataille, fustigeant le "choix incompréhensible de stopper cette circulation (…) à l’heure où la multiplication des camions sur nos routes vient en contradiction avec l’urgence climatique."

Les prochains jours diront si ces annonces auront répondu à leurs attentes.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS